Le trader français, qui a englouti la banque JPMorgan, est parti

Reuters

— 

Trois salariés de JPMorgan à Londres, parmi lesquels le Français Bruno Iksil, surnommé "la baleine de Londres", ont quitté la banque, rapporte vendredi le Wall Street Journal, qui cite des sources proches du dossier. Ces trois salariés ne figuraient plus dans la base des données interne du personne jeudi, précise le quotidien économique. Les positions engagées par ces trois hommes sur certains indices de crédit "corporate" se sont soldées par des pertes d'un peu plus de cinq milliards de dollars à la banque d'affaires, ajoute-t-il. Une source proche du dossier avait déclaré fin juin à Reuters que la perte de trading dévoilée en mai par la banque pourrait atteindre quatre à six milliards de dollars, soit bien plus que les deux milliards initialement évoqués.  Bruno Iksil n'était pas joignable tandis que les avocats de des deux autres anciens employés de JPMorgan n'ont pas répondu aux sollicitations du quotidien. JPMorgan n'a pu être joint dans l'immédiat pour commenter ces informations.