Le Medef souhaite un plafonnement des dommages aux ex-salariés des PME et TPE

SOCIAL Laurence Parisot mettra le sujet sur la table des négociations lundi, à l'occasion de la conférence sociale...

Avec Reuters

— 

Laurence Parisot à Paris le 14 février 2012.
Laurence Parisot à Paris le 14 février 2012. — PRM/SIPA

Laurence Parisot souhaite discuter avec les syndicats d'un plafonnement des dommages et intérêts accordés par les tribunaux aux anciens salariés de petites entreprises, déclare-t-elle dans un entretien au Journal du dimanche.

La présidente du Medef tient ces propos à la veille de l'ouverture de la grande conférence sociale qui doit permettre de lancer, en concertation avec le patronat et les syndicats, les premiers grands chantiers du quinquennat de François Hollande.

«Je veux (...) discuter avec les syndicats du plafonnement des dommages et intérêts accordés par les tribunaux aux ex-salariés de Petites et moyennes entreprises (PME) et très petites entreprises (TPE)», déclare Laurence Parisot dans les colonnes du JDD.

«Un frein majeur à l'embauche»

«Lorsqu'ils atteignent des montants qui vont jusqu'à deux ans de salaire, voire plus, ils mettent en péril la survie des petites entreprises. Ce risque est un frein majeur à l'embauche», ajoute-t-elle.

Le Medef, principale organisation patronale française, fera de la compétitivité l'enjeu principal de la grande conférence sociale des 9 et 10 juillet, a déclaré récemment Laurence Parisot dans un entretien à Reuters.

La patronne des patrons craint une «catrastrophe rapide» pour de nombreuses PME françaises. «Certains experts parlent pour notre pays de catastrophe lente, mais je crains pour elles une catastrophe rapide. L'épreuve de vérité sera pour la rentrée de septembre», dit-elle au Journal du dimanche.