Ils refusent de lever le store le dimanche

©2006 20 minutes

— 

Front commun contre l'ouverture le dimanche. Syndicats et petits patrons du commerce de l'habillement ont expliqué hier leur attachement au repos dominical, sur fond de polémique après les affaires Louis Vuitton et Usines Center. L'ensemble des syndicats du secteur, la Fédération nationale de l'habillement (55 000 magasins) et plusieurs chambres patronales de petits commerces, représentant au total deux millions de salariés, ont défendu « un principe d'ordre public reconnu par la loi française depuis 1906 ».

Selon eux, une « banalisation » du travail dominical n'entraînerait pas de chiffre d'affaires supplémentaire et risquerait de détruire des milliers d'emplois. En effet, les petits commerces seraient incapables de tenir le rythme face à la grande distribution. D'après un sondage BVA cité hier et réalisé fin juin auprès de 482 salariés, 88 % des sondés veulent préserver le dimanche comme jour de repos commun et 82 % ne dépenseront pas davantage si les commerces sont ouverts sept jours sur sept. Ce débat a ressurgi en juin, avec les décisions de justice interdisant aux commerces Usines Center de Villacoublay (Yvelines) et au magasin Louis Vuitton sur les Champs-Elysées d'ouvrir ce jour-là.

A.B. (avec AFP)

La loi en vigueur permet à tous les commerces de détail d'ouvrir cinq dimanches par an. Seuls ceux qui sont situés dans des zones touristiques peuvent obtenir des dérogations pour ouvrir plus souvent.