Le gouvernement envisage d'intervenir sur les prix du gaz

Reuters

— 

Le gouvernement pourrait intervenir sur les prix du gaz dans les prochains jours, a déclaré lundi le ministre de l'Economie Pierre Moscovici.

«La décision sera rendue au niveau qui doit l'être dans les jours qui viennent», a-t-il dit sur France 2.
«Il faut comprendre qu'il y a aujourd'hui en France un déficit de pouvoir d'achat et je crois qu'il ne faut pas frapper trop les couches populaires et les couches moyennes», a-t-il ajouté sans donner davantage de détails.

Selon le quotidien économique Les Echos, l'exécutif réfléchit «sérieusement» à publier un arrêté tarifaire qui annulerait la hausse d'environ 5% des prix du gaz demandée par GDF Suez, les parlementaires socialistes craignant qu'une hausse des tarifs ne rogne la popularité de la majorité.

L'opérateur historique, détenu à 36% par l'Etat, a envoyé le 20 juin à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) une demande de hausse des tarifs d'environ 5% au titre du mois de juillet, une demande établie sur la base d'une nouvelle formule tarifaire mise en place début 2012.

«Selon le rapporteur public (du Conseil d'Etat, NDLR), le gouvernement doit faire en sorte que les tarifs couvrent les coûts d'approvisionnement de GDF Suez mais une marge de manoeuvre existe. Autrement dit, si un gel s'avère exagéré, une hausse limitée pourrait passer», écrit le quotidien.

«Le gouvernement peut décider de ne pas respecter la loi mais il sera vite rattrapé par le Conseil d'Etat, comme son prédécesseur», indique une source proche du dossier aux Echos, précisant qu'il vaut mieux annoncer une augmentation des prix du gaz en juillet plutôt qu'en octobre.

Personne n'était joignable dans l'immédiat chez GDF Suez pour un commentaire.

Le rapporteur public du Conseil d'Etat a préconisé en juin d'annuler l'arrêté du 29 septembre 2011 qui gèle les tarifs réglementés de vente de gaz naturel fourni à partir des réseaux publics de distribution de GDF Suez..