Le statut privilégié du MES reste la règle, selon Angela Merkel

Reuters

— 

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré jeudi à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles que la dérogation au statut de créancier privilégié de Mécanisme européen de stabilité (MES)ne s'appliquait qu'à l'aide à l'Espagne.

«Certains souhaitaient supprimer (le statut de créance privilégié) de manière générale, mais un nombre assez important de pays ont estimé qu'il n'y avait aucun moyen de le supprimer de manière générale», a-t-elle dit.

«Nous nous sommes uniquement mis d'accord sur le fait que l'Espagne, parce qu'elle fait une demande dans le cadre du FESF, devrait conserver les mêmes conditions».

La chancelière allemande a également dit pouvoir envisager des solutions variées pour apaiser les taux obligataires de l'Espagne et de l'Italie, notamment une solution d'assurance.