Doux récupère 5 millions d'euros dans sa lutte pour la survie

Reuters

— 

Le groupe industriel de la volaille Doux, en redressement judiciaire, a récupéré cinq millions d'euros dans sa lutte pour la survie qui doit aboutir à une revente éventuelle d'ici le 5 juillet, a-t-on appris à la direction vendredi.

Bouffées d'oxygène

Cette somme de cinq millions, une créance de la grande distribution obtenue de la société d'affacturage Natixis Factor , vient s'ajouter aux 19 millions d'euros obtenus de la vente d'une usine d'aliments la semaine dernière, a dit un porte-parole.

La Région Bretagne a par ailleurs voté jeudi une aide d'urgence de quatre millions d'euros pour les fournisseurs du volailler, en particulier les éleveurs, devant faire face à d'importantes difficultés financières.

Depôt des candidatures jusqu'au 5 juillet

La date butoir pour déposer des dossiers de reprise, après l'appel d'offres lancé la semaine dernière par les administrateurs judiciaires, a été repoussée du 2 au 5 juillet, précise la direction.

Vingt acteurs du secteur agroalimentaire se sont d'ores et déjà montrés intéressés par une reprise partielle ou globale du groupe, dit-on de source proche du dossier.
Parmi eux, on retrouve plusieurs grands noms du secteur en France, les coopératives Terrena, Triskalia et Coop de France mais aussi les sociétés LDC, Glon-Sanders ou encore le groupe Duc, plusieurs d'entres elles ayant visité des sites de Doux ces derniers jours.

Les administrateurs judiciaires étudieront ces dossiers en juillet et pourraient prendre une décision à la fin de ce mois.

«Toutes les options sont ouvertes. Ils peuvent décider une reprise partielle ou globale mais aussi la poursuite de la période d'observation», a dit un porte-parole du groupe Doux.