Matignon invite les ministères à réduire leurs effectifs de 2,5%

BUDGET Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a adressé jeudi à chaque ministère une lettre de cadrage pour la période 2013-2015...

C.P. avec Reuters

— 

Le ministère de l’économie, des finances et du commerce extérieur rue de Bercy dans le 12e arrondissement à Paris.
Le ministère de l’économie, des finances et du commerce extérieur rue de Bercy dans le 12e arrondissement à Paris. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le couperet est tombé. Quatre jour après l'annonce du gel des dépenses de l'Etat pour trois ans, lundi lors d'un séminaire gouvernemental, les ministres savent maintenant l'ampleur des efforts qui leur seront demandés dès l'an prochain.

Baisse des effectifs de 2,5%

Comme promis, le Premier Ministre leur a adressé jeudi une lettre de cadrage demandant une baisse générale des effectifs de 2,5% hors ministères prioritaires.

«Les effectifs de l'Etat connaîtront une stabilité globale. Les créations d'emplois seront réservées à l'enseignement, la police, la gendarmerie et la justice», a indiqué jeudi Matignon dans un communiqué, confirmant ainsi l'orientation dessinée lundi lors du séminaire.

Les plafonds détaillés en juillet

S'agissant des dépenses de fonctionnement, le chef du gouvernement demande d'en réduire globalement le montant de 7% en 2013 par rapport à 2012, 4% en 2014 par rapport à 2013 et 4% en 2015 par rapport 2014.

«Dans un souci de répartition équitable de l’effort, l’ensemble de ces principes sera décliné également aux dépenses de personnel, de fonctionnement et d’intervention des opérateurs de l’Etat. Chaque ministre aura la responsabilité de répartir cet effort au plus juste entre son administration et les opérateurs qui lui sont rattachés»,  précise Matignon.

Les lettres fixant pour chaque ministère le niveau des crédits et des emplois seront envoyées avant la fin jdu mois de juillet,

Objectif d'équilibre budgétaire en 2017

A l'issue d'un séminaire réunissant l'ensemble du gouvernement, le Premier ministre a réaffirmé lundi que la «maîtrise des comptes publics» était «une nécessité» pour le gouvernement.

Jean-Marc Ayrault a rappelé à cette occasion les objectifs du gouvernement : réduire le déficit public à 3% de la richesse nationale en 2013 pour atteindre l'équilibre en 2017.