Surveillance illégale: Ikea annonce la création d'un code de conduite

© 2012 AFP

— 

Le directeur général d'Ikea France a annoncé jeudi la création d'un "code de conduite", d'un "département gouvernance et conformité" et d'un "comité d'éthique" consultatif, censés tirer les leçons des affaires de surveillance illégale de salariés et de clients.
Le directeur général d'Ikea France a annoncé jeudi la création d'un "code de conduite", d'un "département gouvernance et conformité" et d'un "comité d'éthique" consultatif, censés tirer les leçons des affaires de surveillance illégale de salariés et de clients. — Philippe Huguen afp.com

Le directeur général d'Ikea France a annoncé jeudi la création d'un "code de conduite", d'un "département gouvernance et conformité" et d'un "comité d'éthique" consultatif, censés tirer les leçons des affaires de surveillance illégale de salariés et de clients. Le "code vient d'être rédigé tout récemment et la France est le premier pays à l'introduire", a déclaré le directeur général Stefan Vanoverbeke, dans une interview à l'AFP. Il sera étendu aux autres pays au cours du prochain exercice fiscal, entre septembre 2012 et août 2013. Ce code, que l'AFP a pu consulter et que les salariés sont censés conserver près d'eux, est un catalogue de principes. Y figurent le refus de la corruption, le respect de la vie privée ou encore la non-discrimination, et les règles qui en découlent, ne pas insulter de collaborateurs, ni faire de cadeaux à des relations d'affaires par exemple.

Il "a déjà été déployé auprès des plus de 1.000 managers et devrait être déployé auprès des 9.000 collaborateurs d'ici octobre". Il regroupe "des principes qui existent déjà dans l'entreprise et qui ne demandent qu'à être appliqués", dénonce Hocine Redouani, le délégué syndical (FO) qui a déposé la première plainte contre Ikea. Les mesures annoncées sont "de la poudre aux yeux pour éteindre le feu médiatique", a-t-il ajouté.

Après des révélations dans la presse d'affaires de surveillance illégale de salariés et clients, Ikea France s'est séparé en mai de quatre dirigeants. Le groupe, sous le coup d'une enquête préliminaire du parquet de Versailles pour "utilisation frauduleuse de données personnelles" veut désormais réorganiser sa direction. Il met en place un département "gouvernance et conformité", une première, dont le directeur "aura un profil juridique", et qui veillera au respect des lois et des procédures.