Camions et autos taxés pour financer les futures quatre voies

© 20 minutes

— 

Taxer, emprunter, privatiser ou décentraliser : ce sont les pistes explorées par le gouvernement pour le financement des futures autoroutes et des liaisons TGV. Le ministre des Transports les a dévoilées, hier, aux députés. Taxes Gilles de Robien envisage une redevance sur les camions circulant sur les routes à deux fois deux voies et les autoroutes non payantes. Une taxe calculée au kilomètre parcouru, rapportant un milliard d’euros par an, et que le ministre s’est refusé, sur LCI, à présenter comme un « impôt nouveau ». Autre solution, aux frais des automobilistes cette fois-ci : la hausse d’un centime de la taxe sur les carburants, pour les véhicules légers. Emprunt Les Etats européens s’endetteraient en commun, pour créer un réseau de transports continental. Privatisation L’Etat réfléchit à la vente de ses sociétés d’autoroutes, évaluées à 8 milliards d’euros. Mais l’opération le priverait de rentes régulières. Les privatisations d’Air France et d’Aéroports de Paris, elles, dépendront de la conjoncture boursière. Et sociale. Décentralisation L’Etat accorderait des fonds spécifiques aux régions, qui financeraient ainsi les travaux dont elles voudraient profiter. F. K.