Etats-Unis: Première baisse des prix à la consommation depuis deux ans

ECONOMIE aidés par une chute des coûts de l'énergie...

© 2012 AFP

— 

Les prix à la consommation ont baissé aux Etats-Unis en mai pour la première fois en deux ans, aidés par une chute des coûts de l'énergie, a indiqué jeudi le département du Travail.
Les prix à la consommation ont baissé aux Etats-Unis en mai pour la première fois en deux ans, aidés par une chute des coûts de l'énergie, a indiqué jeudi le département du Travail. — Justin Sullivan afp.com

Les prix à la consommation ont baissé aux Etats-Unis en mai pour la première fois en deux ans, aidés par une chute des coûts de l'énergie, a indiqué jeudi le département du Travail.

En données corrigées des variations saisonnières, ces prix ont reculé de 0,3% par rapport au mois précédent, alors que les analystes tablaient sur un recul de 0,2%.

Mai a été marqué par un regain des tensions dans la crise de la dette européenne et des inquiétudes pour la croissance mondiale, qui ont durement touché les marchés de matières premières.

Les prix de l'énergie ont plongé sur ce mois de 4,3%, la baisse la plus rapide depuis décembre 2008, une époque où l'activité économique était en chute libre.

En excluant l'énergie et l'alimentation, les prix ont en fait augmenté en mai, de 0,2%.

L'inflation sur un an est descendue à 1,7%, son niveau le plus bas depuis janvier 2011. Hors énergie et alimentation, elle est de 2,3%.

La hausse des prix en début d'année, en particulier ceux de l'essence, avait freiné la croissance et la consommation. Cet obstacle semblant avoir disparu pour le moment, c'est l'arrêt la conjoncture sur le marché du travail qui inquiète davantage les économistes.

Selon le département du Travail, la baisse des prix en mai a donné un coup de pouce important au pouvoir d'achat des salariés. Le salaire horaire réel moyen a gagné 0,3% sur la mois, du jamais vu depuis avril 2010.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont par ailleurs affiché une hausse début juin, selon des chiffres du département du Travail, confirmant que la conjoncture sur le marché de l'emploi a cessé de s'améliorer.

En données corrigées des variations saisonnières, le ministère a estimé à 386.000 les demandes d'allocations chômage déposées dans le pays dans la semaine du 3 au 9 juin, contre 380.000 (chiffre révisé) la semaine précédente.

C'est nettement plus que ne le prévoyaient les analystes, qui tablaient sur une baisse à 375.000.

La moyenne sur quatre semaines des nouvelles inscriptions se maintient au dessus de 370.000 depuis la mi-avril, alors qu'elle avait été sous cette barre pendant deux mois avant cela.

Le département du Travail a fait état début juin d'une remontée inattendue du taux de chômage en mai, à 8,2%. Les économistes jugent la croissance de la première économie mondiale insuffisante actuellement pour faire baisser ce taux de manière significative.

Le déficit des comptes courants des Etats-Unis a grimpé au premier trimestre à son plus haut niveau depuis fin 2008, à 137,3 milliards de dollars, a aussi indiqué le département du Commerce.

Ce déficit, qui a atteint 3,6% du produit intérieur brut, a été gonflé par la hausse du déficit commercial.