Grande distribution: Quelles sont les enseignes les moins chères?

DISTRIBUTION Le grand gagnant est Leclerc...

M.B.

— 

Passage en caisse dans les rayons de l'hypermarché Auchan Semecourt en banlieue de Metz le 22 novembre 2011.
Passage en caisse dans les rayons de l'hypermarché Auchan Semecourt en banlieue de Metz le 22 novembre 2011. — POL EMILE/SIPA

Leclerc, qui bénéficie déjà de la meilleure image prix auprès des consommateurs, est bel et bien l’enseigne la moins chère, selon le classement réalisé par le magazine spécialisé Linéaires et relayé ce vendredi par Le Parisien. Pour un même chariot type, au deuxième semestre 2011, les écarts allaient jusqu’à 20% parmi les 170 magasins visités à travers la France. Leclerc est le moins cher avec un ticket à 93,90 euros. Carrefour arrive juste derrière (96,20 euros).

Carrefour crée la surprise

Une divine surprise pour le deuxième distributeur mondial qui ne cesse de perdre des parts de marché. «Depuis dix ans, cette enseigne peine à réussir sa fusion avec Promodès (ex-magasins Continent et Champion). Du coup, il lui est parfois arrivé de remonter ses prix en fin d’année, uniquement pour réaliser ses objectifs et satisfaire ses actionnaires. Mais les clients s’en sont rendu compte et l’ont fait payer à l’enseigne. Depuis l’arrivée de Noël Prioux (directeur des hypermarchés France) l’an dernier, les prix ont été remis au carré. Carrefour s’est engagé à être le moins cher sur 500 produits du quotidien ou rembourser 10 fois la différence… Cela a des effets très visibles aujourd’hui. Pour autant, le décalage qui subsiste avec l’enseigne Leclerc n’est pas neutre…», explique Florent Vacheret, le rédacteur en chef de Linéaires, interrogé par le quotidien.

Intermarché se classe troisième (97,20 euros), suivi par Super U (97,40 euros), Carrefour Market (98,30 euros), Auchan (98,80 euros), Simply Market (101,30 euros), Cora (101,80 euros), Smatch (102,60 euros), Géant (103,80 euros), Casino et Monoprix (111,10 euros). Enseigne de centre-ville par excellence, cette dernière n’a jamais fait mystère de ses prix plus élevés, justifiés entre autres par une amplitude d’ouverture plus large et un prix du foncier plus élevé.

Verdict sanglant

Malgré ce palmarès, Florent Vacheret reconnaît bien que pour les consommateurs, munis de leur seul chariot, comparer les prix entre les enseignes n’est pas toujours évident. Selon lui, l’arrivée des drives va changer la donne. D’une part car les prix pratiqués sont identiques que ceux en magasin. D’autre part, car en passant commande par Internet il est plus facile de comparer, de chez eux, les prix de chaque enseigne. Il n’exclut d’ailleurs pas l’arrivée prochaine de comparateur de drive. «Le client rentrera sa liste de course sur un site qui fera le calcul et lui dira dans quel drive passer commande. Cela existe déjà au Royaume-Uni. En France, les enseignes ne sont pas pressées de se voir mises à nu, car le verdict risque d’être sanglant pour certaines», analyse Florent Vacheret.