Travail: Qu'est-ce qui nous fait nous lever le matin?

SONDAGE Une enquête exclusive réalisée pour «Les Echos» lève le voile sur les motivations des salariés français...

C.P.

— 

L'intérêt du poste de la travail et les bonnes relations avec les collègues sont les premiers facteurs de motivation cités par les salariés français.
L'intérêt du poste de la travail et les bonnes relations avec les collègues sont les premiers facteurs de motivation cités par les salariés français. — PULSE/SIPA

Certes il faut payer le loyer et remplir le réfrigérateur. Mais au-delà de ça, qu’est ce qui anime chaque matin  les 2/3 des salariés français déclarant êtes motivés par l’idée d’aller travailler dans leur entreprise?

Pour le découvrir, Les Echos ont demandé au site de recrutement Meteojob et au cabinet de conseil en ressources humaines Alixio de passer au crible les attentes des cadres et non cadres en dehors de la rémunération et des conditions de travail.*

Intérêt et lien social

Sans surprise, le contenu de la mission ou du poste arrive largement en tête, avec une large avance pour les cadres (cité par plus de 50% des cadres). Vient ensuite la responsabilisation (plus de 35%). En troisième position les non cadres placent la perspective d’évolution (30%, tandis que les cadres eux citent l’équipe (collègues et managers ).

Les deux catégories se rejoignent sur l’importance d’acquérir de nouvelles compétences (environ 20%).  Mais on retrouve une forte différence sur la motivation tirée par les deux catégories de la sécurité de l’emploi (15% pour les cadres, contre 7% pour les non cadres).

A l’inverse, au menu des facteurs les plus démotivants qui pourraient pousser un salarié à quitter son entreprise, apparaissent en tête la mauvaise ambiance au travail (entre 40 et 50% selon le statut), une pression excessive (40% pour les non cadres) et l’absence de reconnaissance (plus de 30%) et de perspectives d’évolution. Le fait d’avoir un mauvais manager est rédhibitoire pour près de 30% des cadres mais seulement 15% des non cadres.

Un engagement au jour le jour

Principale surprise de l’enquête:  la faible importance accordée par les salariés français à la notoriété (environ 5%), au projet de l’entreprise ou encore à son engagement sociétal qui ne séduit que 4% des sondés.

«L’engagement doit passer par les salariés et être sincère l’entreprise doit d’abord être irréprochable dans son propre écosystème » analyse Marko Vujasinovic, coauteur de l’étude et président de Meteojob cité dans Les Echos. Un engagement qui doit se traduire au jour le jour de façon concrète et non pas à travers de grandes déclarations.

*Enquête réalisée entre le 14 et le 21 mai 2012 auprès de 2.065 personnes

>> Salaire, ambiance, responsabilités, qu'est-ce qui vous motive le plus dans votre travail? A l'inverse, quel facteur peut vous pousser à démissioner? Racontez-nous dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr