Florange: Le gouvernement veut se battre et soutient le projet de reprise Ulcos

© 2012 AFP

— 

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assuré lundi que le gouvernement voulait "se battre" pour la reprise de l'activité sidérurgique sur le site de Florange et a apporté son soutien au projet de reprise Ulcos.
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assuré lundi que le gouvernement voulait "se battre" pour la reprise de l'activité sidérurgique sur le site de Florange et a apporté son soutien au projet de reprise Ulcos. — Jean-Christophe Verhaegen afp.com

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assuré ce lundi que le gouvernement voulait «se battre» pour la reprise de l'activité sidérurgique sur le site de Florange et a apporté son soutien au projet de reprise Ulcos. L'intersyndicale du site lorrain, dont deux hauts-fourneaux resteront à l'arrêt pendant encore six mois, devait être reçue ce lundi matin par le président François Hollande, en présence d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.

«Le président va recevoir une délégation des salariés qui se battent pour la remise en marche de leur magnifique outil industriel», a confirmé Jean-Marc Ayrault en marge d'un déplacement en Moselle. «Le groupe Mittal a décidé de poursuivre l'arrêt de l'activité», a-t-il regretté. «Nous, nous pensons qu'il faut que l'activité reprenne et s'inscrive dans un grand projet», a-t-il ajouté. «Vous savez qu'il existe un grand projet industriel, Ulcos, qui a le mérite de produire l'acier en respectant l'environnement», a souligné le chef du gouvernement.

Les syndicats portent leurs espoirs sur le projet baptisé Ulcos, visant à faire de Florange un site pilote de captage-stockage de C02, pour lequel un cofinancement européen a été demandé. Une réponse est attendue pour novembre. Ce projet viserait à faire gagner 20% de productivité à un haut fourneau et à réduire les émissions de CO2, en association avec du captage-stockage. «C'est un projet d'avenir, c'est un bon projet industriel qu'il faut continuer à défendre», a expliqué le Premier ministre. «En tout cas, nous voulons nous battre. Rien ne sera obtenu sans effort», a estimé le Premier ministre.