Entreprise: Les clichés sexistes ont la vie dure

MANAGEMENT Une étude de l'IMS-Entreprendre pour la Cité dévoile les clichés responsables du plafond de verre pour les femmes...

Delphine Bancaud

— 

L’homme leader et la femme assistante sont les stéréotypes qui courent toujours dans l’entreprise.
L’homme leader et la femme assistante sont les stéréotypes qui courent toujours dans l’entreprise. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

L’homme est un leader, la femme une assistante. Voilà les stéréotypes qui courent toujours dans l’entreprise, à en croire une étude réalisée* par l’IMS-Entreprendre pour la Cité auprès de 1.200 managers de 9 entreprises et rendue publique ce jeudi.

La moitié d’entre eux estiment que les compétences professionnelles varient selon le sexe. «Les hommes seraient dotés d’une intelligence cartésienne, d’un sens de l’action et de la négociation fort alors que les femmes seraient créatives, intuitives, rigoureuses, multi-tâches et organisées. Des représentations archaïques issues de notre culture», souligne Patrick Scharnitzky, docteur en psychologie sociale.

Autre consensus des managers quel que soit leur sexe: les femmes seraient moins attirées par le pouvoir que les hommes et leur situation familiale constituerait un frein pour leur carrière.

Des poncifs aux lourdes conséquences

Des clichés qui ont une réelle incidence sur l’évolution des femmes dans l’entreprise «car elles ont tendance à moins se projeter sur des postes à responsabilité et ne sont généralement pas identifiées comme des leaders par les hommes», insiste Patrick Scharnitzky. D’ailleurs, pour plus de la moitié des managers (53% des hommes et 48% des femmes), celles qui réussissent à obtenir un poste à responsabilités finiraient par se masculiniser. Pour 85% d’entre eux, les femmes dirigeantes sont mêmes parfois plus dures que les hommes et deviennent encore plus carriéristes qu’eux (52% des réponses).

Seule lueur d’espoir pour voir les mentalités changer: hommes et femmes décrivent le manager «idéal» comme relevant d'un modèle androgyne, conjuguant des qualités attribuées aux deux sexes (charisme, leadership, empathie, organisation...). «Et les résultats de l’étude montrent clairement que plus les équipes sont mixtes, plus on déconstruit les stéréotypes», précise Patrick Scharnitzky. Avis aux recruteurs…

 

 

* Etude réalisée via un questionnaire ou lors d'entretiens individuels auprès de 1.200 managers de 9 entreprises (Accor, Capgemini, Sogeti, Egide, Pôle emploi, Renault, Sodexo, Total, TNT). Les résultats ont été dégagés via une méthode à la fois qualitative et quantitative.