London Stock Exchange: UniCredit et Intesa Sanpaolo cèdent leurs parts

MARCHes Les deux banques italiennes étaient actionnaires du LSE depuis 2007...

© 2012 AFP

— 

Les deux plus grandes banques italiennes, UniCredit et Intesa Sanpaolo, ont annoncé mardi qu'elles allaient vendre leurs parts du groupe boursier britannique London Stock Exchange (LSE), propriétaire des Bourses de Londres et de Milan, dont elles détiennent 11,5%.
Les deux plus grandes banques italiennes, UniCredit et Intesa Sanpaolo, ont annoncé mardi qu'elles allaient vendre leurs parts du groupe boursier britannique London Stock Exchange (LSE), propriétaire des Bourses de Londres et de Milan, dont elles détiennent 11,5%. — Facundo Arrizabalaga afp.com

Les deux plus grandes banques italiennes, UniCredit et Intesa Sanpaolo, ont annoncé mardi qu'elles allaient vendre leurs parts du groupe boursier britannique London Stock Exchange (LSE), propriétaire des Bourses de Londres et de Milan, dont elles détiennent 11,5%.

UniCredit cédera 16,6 millions d'actions LSE, correspondant à l'ensemble de sa part de 6,1%, et Intesa Sanpaolo 14,5 millions d'actions correspondant à sa part de 5,4%, à "certains investisseurs institutionnels éligibles", ont annoncé les deux banques dans deux communiqués distincts.

"Les termes de l'opération seront déterminés à travers un processus de 'bookbuilding'", c'est-à-dire la constitution d'un livre d'ordres d'achat effectué lors d'opérations de placement de ce type, ont précisé les banques, sans indiquer de calendrier précis pour cette cession.

UniCredit et Intesa Sanpaolo ont chargé la banque américaine Morgan Stanley de s'occuper de ce placement.

Les deux banques italiennes, qui étaient à l'origine actionnaires de Borsa Italiana, le gestionnaire de la Bourse de Milan, sont devenues actionnaires du LSE dans le cadre de la fusion entre ce dernier et Borsa Italiana en 2007.

Etant donné la capitalisation boursière actuelle du LSE, qui est d'environ 2,75 milliards de livres soit environ 3,4 milliards d'euros, la part globale de 11,5% que les deux banques veulent céder est valorisée à environ 390 millions d'euros, selon un calcul effectué par l'AFP.