EADS tangue mais Forgeard s'accroche

©2006 20 minutes

— 

Les turbulences menacent d'éjecter Noël Forgeard de la coprésidence d'EADS, en crise depuis l'annonce de retards de livraison de l'avion A380 par sa filiale Airbus. Le groupe aérospatial européen avait à peine démenti, hier, des rumeurs sur son départ que le Premier ministre annonçait une « remise à plat » de l'actionnariat. La direction pourrait aussi changer, a précisé le ministre de l'Economie.

« Certains considèrent que l'Etat (15% du capital) n'a pas assez de pouvoir », a expliqué Thierry Breton. Le groupe est piloté par un tandem franco-allemand d'actionnaires industriels, Lagardère et Daimler, avec Arnaud Lagardère et Manfred Bischoff à la tête du conseil d'administration et Noël Forgeard et Thomas Enders au conseil exécutif. Seuls les actionnaires français, dont l'Etat, peuvent démettre leurs représentants de leurs fonctions. Selon le quotidien allemand Handelsblatt d'hier, Enders et Bischoff ont déjà demandé à Forgeard de s'en aller, mais il a refusé de quitter son poste.

Angeline Benoit (avec AFP)