Espagne: Rajoy défend le pacte budgétaire européen, restera fidèle à l'austérité

EUROPE Il s'est exprimé à l'occasion d'un sommet luso-espagnolorganisé à Porto...

© 2012 AFP

— 

L'Espagne continuera de défendre le pacte budgétaire signé en mars par 25 pays de l'Union européenne et restera fidèle à sa propre politique d'austérité, a assuré mercredi le chef du gouvernement conservateur espagnol, Mariano Rajoy
L'Espagne continuera de défendre le pacte budgétaire signé en mars par 25 pays de l'Union européenne et restera fidèle à sa propre politique d'austérité, a assuré mercredi le chef du gouvernement conservateur espagnol, Mariano Rajoy — Ronaldo Schemidt afp.com

L'Espagne continuera de défendre le pacte budgétaire signé en mars par 25 pays de l'Union européenne et restera fidèle à sa propre politique d'austérité, a assuré mercredi le chef du gouvernement conservateur espagnol, Mariano Rajoy.

«L'Espagne, qui a signé le traité budgétaire de l'Union européenne, continue de soutenir que ce traité doit se maintenir à l'avenir», a-t-il dit à Porto, dans le nord du Portugal, soulignant que «ces mesures de réduction des déficits sont une bonne politique».

«Les trois grands piliers de l'euro maintenant doivent être, premièrement réduire le déficit, deuxièmement garantir que la dette est soutenable et, troisièmement, mener des réformes pour la croissance économique», a estimé M. Rajoy lors d'une conférence de presse au côté de son homologue portugais, Pedro Passos Coelho, à l'issue du 25e sommet ibérique.

«Il n'est pas possible de croître avec une dette insoutenable sur le dos. La politique de rigueur constitue le premier pas vers la relance», a renchéri M. Passos Coelho, dont le pays s'est engagé à un programme d'austérité et de réformes en échange d'une aide financière internationale.

Ce sommet luso-espagnol intervient alors que les deux pays sont gravement frappés par la crise de la dette, le Portugal ayant obtenu en mai 2011 du FMI et de l'UE, une aide exceptionnelle de 78 milliards d'euros.

Il intervient aussi au lendemain de l'élection en France du socialiste François Hollande qui souhaite une renégociation du pacte budgétaire européen pour y ajouter un volet sur la croissance et la création d'emploi.