Wall Street: Vers une ouverture en légère baisse

avec AFP

— 

Wall Street a ouvert en légère baisse lundi après un riche week-end électoral en Europe où le socialiste François Hollande a remporté la course à la présidence en France et les partis anti-austérité ont raflé la majorité parlementaire en Grèce: le Dow Jones perdait -0,19% et le Nasdaq -0,54%.
Wall Street a ouvert en légère baisse lundi après un riche week-end électoral en Europe où le socialiste François Hollande a remporté la course à la présidence en France et les partis anti-austérité ont raflé la majorité parlementaire en Grèce: le Dow Jones perdait -0,19% et le Nasdaq -0,54%. — Spencer Platt afp.com

La Bourse de New York s'orientait vers une ouverture en légère baisse lundi après un riche week-end électoral en Europe où le socialiste François Hollande a remporté la course à la présidence en France et les partis anti-austérité raflé la majorité parlementaire en Grèce.

Vers 14H50, à 40 minutes de la cloche d'ouverture, les contrats à terme sur le Dow Jones, qui reflètent l'opinion des investisseurs sur son évolution future, reculaient de 0,32%. Ceux sur le Nasdaq abandonnaient 0,34% et ceux sur l'indice élargi Standard & Poor's 500 0,32%.

Les marchés étaient avant tout préoccupés par l'évolution politique en Grèce, épicentre de la crise européenne de la dette. Après deux ans de politique de rigueur menée sous la pression des bailleurs de fonds internationaux, les électeurs ont sanctionné les deux partis pro-européens qui se partageaient le pouvoir.

Sur les cendres du bipartisme à la grecque, les partis opposés à un renforcement de l'austérité ont raflé, de la gauche radicale aux néo-nazis, près de 60% des voix, selon des estimations.

La victoire en France de François Hollande, largement anticipée, n'avait qu'un impact limité, à tel point que le taux à 10 ans du pays se détendait légèrement à 2,820%. L'écart se réduisant même avec l'Allemagne, dont la dette bénéficiait pourtant de son statut de valeur refuge.

L'agence d'évaluation financière Standard & Poor's a indiqué lundi matin que l'élection n'avait pas d'impact immédiat sur la note du pays ou sa perspective d'évolution. La France, que SP a privée de sa note maximale AAA en janvier, est actuellement notée AA+ par l'agence.