Les marchés attendent des réponses de MerkHollande à la crise

— 

La peur du risque a de nouveau lundi hanté les marchés financiers qui, très préoccupés par l'impact des élections grecques en Europe, attendent du nouveau couple franco-allemand des mesures énergiques de sortie de la crise de la zone euro, au lendemain de l'élection du socialiste François Hollande à la présidence de la République.

Réduction des pertes après un net repli

En net repli à l'ouverture, les Bourses de la zone euro ont réduit leurs pertes en milieu de journée, à l'exception de la Bourse d'Athènes, qui cédait toujours quelque 7% vers 13h00.

En France, le CAC 40 ne perdait que 0,18%, même si le Crédit agricole, très exposé à la Grèce via sa filiale Emporiki, accusait la plus forte baisse de l'indice (-4%) 

La Bourse de Francfort a réduit également ses pertes (-0,9%) tandis que les Bourses de Milan (+0,74%) et de Madrid (+0,8%) se reprenaient, la Bourse de Londres étant quant a elle fermée. L'EuroStoxx 50 des grandes valeurs de la zone euro reculait de 0,23%.

Apaisement sur les OAT françaises

Valeur refuge de la zone euro, le rendement de l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans est tombé à plus bas historique à 1,57% (-2 points de base) tandis que l'euro repasse au-dessus de 1,30 dollar après avoir touché un plus bas de trois mois à 1,2957 ce matin en Asie.

Après une brève tension en début de séance, le rendement de l'obligation d'Etat française (OAT) à 10 ans se détend de cinq points de base à 2,82% tandis que l'équivalent grec se tend de 210 points de base à 22,6%.