Combien va gagner le président Hollande?

RÉMUNÉRATION nouveau chef de l'État a promis pendant la campagne de réduire de 30% son traitement...

Claire Planchard

— 

François Hollande prendra officiellement ses fonctions le 15 mai prochain.
François Hollande prendra officiellement ses fonctions le 15 mai prochain. — Thibault Camus/AP/SIPA

Fini le bling-bling place à la modération? Après la hausse de 172% que Nicolas Sarkozy s’était octroyée lors des premiers mois de son mandat en 2007, François Hollande a promis de montrer l’exemple à l’heure de la rigueur budgétaire en faisant adopter dès son élection une baisse de 30% de son traitement et de celui des membres de son gouvernement.

Une baisse de salaire d’environ 6.000 euros par mois

S’il tient parole, la mesure pourrait être présentée lors du premier conseil des ministres prévu le 16 mai prochain. Son salaire passerait alors d’environ 19.500 euros nets par mois actuellement à environ 13.650 euros.

Selon un rapport du député PS Jean Launay sur les crédits alloués à l’Elysée en 2010, le montant exact de la rémunération mensuelle de Nicolas Sarkozy comme président de la République était de 21.133,37 euros en 2009 (indemnité de fonction de 4.226,22 euros incluse), soit un montant mensuel net de 19.508,21 euros. Une rémunération qui n’a pas augmenté depuis en raison  du gel de l’indice de revalorisation.

Moins que Monti, mais plus que Rajoy ou Cameron

En termes de comparaison, Le président français s’éloignerait du Président américain Barack Obama qui émargeait en janvier 2011 400.000 dollars par an (environ 25.000 euros par mois), mais passerait derrière la chancelière Angela Merkel, qui gagne environ 16.000 euros par mois.

Avec cette réduction de salaire, François Hollande suivrait ainsi l’exemple de ses homologues portugais, espagnol ou encore britannique et irlandais qui ont avant lui baissé leur rémunération entre 5 et 15%  en signe de solidarité avec leur pays soumis à des mesures d’économie budgétaire. Il n’emboite toutefois pas le pas au chef du gouvernement italien Mario Monti, qui a annoncé en décembre dernier qu'il renonçait à son salaire de président du Conseil et de ministre de l'Economie après l'adoption d'un plan anti-crise…

Cet effort financier reste toutefois symbolique, pour ces chefs de l’Etat et de gouvernement, nourris, logés et transportés aux frais de leurs pays. Et en la matière, la France est loin d’être une bonne élève: le budget des dépenses de la présidence de la République française a atteint en 2010 114 millions d’euros, soit une hausse de 5,5% par rapport à 2008, selon les calculs du spécialiste des dépenses publiques René Dosière. Une enveloppe que François Hollande n’a pas encore prévu de raboter.