Euro Disney creuse sa perte nette semestrielle et envisage des économies

RESULTATS L'exploitant de parcs de loisirs Euro Disney a creusé sa perte nette de 22% au premier semestre 2011/2012, et averti lundi qu'il envisageait des mesures d'économies au cas où il ne pourrait tenir ses "engagements financiers" sur l'ensemble de l'exercice.

© 2012 AFP

— 

L'exploitant de parcs de loisirs Euro Disney a creusé sa perte nette de 22% au premier semestre 2011/2012, et averti lundi qu'il envisageait des mesures d'économies au cas où il ne pourrait tenir ses "engagements financiers" sur l'ensemble de l'exercice.
L'exploitant de parcs de loisirs Euro Disney a creusé sa perte nette de 22% au premier semestre 2011/2012, et averti lundi qu'il envisageait des mesures d'économies au cas où il ne pourrait tenir ses "engagements financiers" sur l'ensemble de l'exercice. — Mehdi Fedouach AFP

L'exploitant de parcs de loisirs Euro Disney a creusé sa perte nette de 22% au premier semestre 2011/2012, et averti lundi qu'il envisageait des mesures d'économies au cas où il ne pourrait tenir ses "engagements financiers" sur l'ensemble de l'exercice.

La perte nette du numéro un européen des parcs de loisirs a atteint 100,8 millions d'euros sur le semestre, soit 21 millions de plus qu'il y a un an.

La perte d'exploitation s'est creusée de 38% à 84,7 millions d'euros et le chiffre d'affaires global a diminué de 8%, à 552,4 millions d'euros.

Le groupe fait part d'une légère baisse de la fréquentation des parcs et des hôtels dans un contexte "difficile", même si la dépense moyenne par visiteur a augmenté.

Les comptes portent aussi la marque d'importants coûts de rénovations et d'une série de nouveautés lancées pour les 20 ans de Disneyland Paris en avril.

"Le contexte économique difficile actuel a pesé sur la fréquentation (...) mais notre capacité à faire progresser la dépense par visiteur et le chiffre d'affaires de nos activités touristiques est encourageante", a estimé le président d'Euro Disney, Philippe Gas, cité dans le communiqué.

Le chiffre d'affaires des activités touristiques est en hausse de 1%, à 551,1 millions d'euros. La dépense moyenne par visiteur a progressé de 2% dans les parcs à 44,11 euros par jour et de 4% dans les hôtels (207,29 euros par chambre).

Néanmoins, endetté de près de 1,8 milliard d'euros et contraint de remplir chaque année des "objectifs de performance prédéterminés", Euro Disney avertit que s'il ne parvenait pas à tenir ses "engagements financiers" sur l'exercice 2012, il "serait amené à réduire ses coûts d'exploitation, une partie de ses dépenses d'investissements prévues, vendre des actifs et/ou solliciter l'aide de TWDC (The World Disney Company, ndlr) ou d'autres parties, dans les conditions prévues par les accords de financement".

Pour l'instant, "même si aucune assurance ne peut être donnée, la direction estime que le groupe dispose de ressources suffisantes pour un avenir prévisible compte tenu des disponibilités existantes, des lignes de crédit disponibles octroyées par TWDC (The World Disney Company, ndlr) et des possibilités de reports conditionnels de paiement d'une partie de la rémunération de la gérance, des redevances de licence et des intérêts", selon le communiqué.

Euro Disney prévoit de rembourser 72,1 millions d'euros d'emprunts au cours du second semestre, "conformément aux échéances prévues".

Dans le passé, Euro Disney a déjà obtenu des rallonges financières et des délais de paiement pour faire face à ses difficultés.