Quels euros avez-vous le plus dans votre porte-monnaie?

ARGENT La circulation de pièces de la monnaie unique européenne dans l’Hexagone depuis son lancement en 2002 a créé un brassage monétaire inédit. Quelles sont les pièces étrangères les plus présentes dans nos poches et pourquoi?...

Bertrand de Volontat

— 

Les euros espagnols et allemands sont brassés en majorité avec les français au sein de l'Hexagone
Les euros espagnols et allemands sont brassés en majorité avec les français au sein de l'Hexagone — Bertrand de Volontat

Déplacements professionnels, touristiques ou migrations temporaires et de longue durée ont ouvert la voie à un mélange d’euros à face nationale sur le territoire français ces dix dernières années. Comment le mélange s’est-il opéré et quelle nationalité est la plus représentée?

L’euro espagnol se plaît à circuler en France

Fin 2011, la pièce espagnole, en compagnie de l’allemande, de la belge et de l’italienne est celle qui s’échange et se trouve le plus sur notre territoire. Ils totalisent à eux quatre 80% des pièces brassées en France, selon l'enquête de Population et Sociétés. Toutefois, l’Espagne et la Belgique voient leur avance décroître. Suivent ensuite à distance les pièces bataves, portugaises, autrichiennes, irlandaises.

En répartition dans le porte-monnaie, la France du nord-est est dominée par l’euro allemand et celle du sud-ouest par l’espagnol. Pour les autres, la couverture est plus diffuse et mixte.

Un mélange encore imparfait

L’un des constats majeurs reste qu’un euro seulement sur trois n’est pas d’origine française dans l’Hexagone (34%), soit sept fois plus qu’en mars 2002. Deux raisons expliquent cela: première raison, les échanges rapides en zones frontalières ne permettent que des allers retours et ne pénètrent vers les zones plus éloignées que plus lentement. Seconde explication, les voyages touristiques et mobilités professionnelles sont plus efficaces mais sont plus rares et les billets accompagnent plus souvent les touristes ou cadres qui voyagent que les pièces.

Ainsi, les pièces de 50 centimes, 1 euro et 2 euros sont les mieux mélangées, les cadres supérieurs voyageant n’utilisant que très peu de toutes petites pièces. De même, en Bretagne par exemple, loin des frontières, trois pièces sur quatre sont encore françaises. Les statistiques sont à l’opposé aux Pays-Bas.

En revanche, si, en mars 2002, 24% des Français seulement disposaient d’une pièce étrangère sur eux, ils sont 89% à ce jour. Plus l’euro continuera de s’ouvrir à de nouvelles nations, moins de pièces françaises occuperont nos porte-monnaie. Pour ceux à qui cela déplaît, il est désormais trop tard pour voter Nicolas Dupont-Aignan