Fronde des actionnaires de la banque UBS contre les rémunérations

Reuters

— 

UBS figure elle aussi à présent parmi les nombreuses grandes banques où les actionnaires tirent à boulets rouges sur les rémunérations des dirigeants.

Dans un contexte de résultats annuels en demi-teinte et d'une fraude qui a coûté plus de deux milliards de dollars à la banque suisse, plus d'un tiers des actionnaires a rejeté le plan de rémunérations de la banque.

Sont notamment concernées celle du futur président et ex-président de la Bundesbank Axel Weber et celle d'Andrea Orcel, qui co-dirigera la banque d'investissement à partir du 1er juillet.

Enfin, les actionnaires n'ont approuvé qu'à une faible majorité la performance globale de la direction l'an passé, ce qui atteste de la colère née du scandale.

La semaine dernière, près d'un tiers des actionnaires du Crédit Suisse et de Barclays avaient pareillement rejeté les plans de rémunération.

De surcroît la rébellion est le fait de groupes d'actionnaires, ce qui est relativement nouveau en Suisse, où la contestation provenait surtout jusque là d'actionnaires individuels.