Les cinémas peinent à retenir leurs spectateurs

© 20 minutes

— 

Lancé en fanfare et présenté en ouverture du Festival de Cannes, hier, Fanfan la Tulipe mettra-t-il du baume au coeur des exploitants de salles de cinéma ? Les professionnels misent en tout cas sur ce type de grosses productions pour freiner l’érosion de la fréquentation. En 2002, celle-ci a reculé de 1,4 %, selon le bilan publié hier par le Centre national de la cinématographie (CNC). Avec 184,5 millions d’entrées l’an dernier, la France reste cependant le premier marché du cinéma en Europe. Et elle résiste nettement mieux que ses voisins à Hollywood. Les films français attirent 35 % des spectateurs. Outre-Manche, la part de marché des productions britanniques se limite à 8 %. Un satisfecit à nuancer. L’an dernier, selon les chiffres de la Fédération nationale des cinémas français, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre a certes été plébiscité, avec 14,5 millions d’entrées, loin devant les 7,7 millions de Harry Potter. Mais le second film français, Huit femmes, ne se classe que neuvième. Et attirer le public se révèle de plus en plus coûteux. Selon le CNC, le budget moyen d’un film hollywoodien a bondi de 23 % en un an, pour atteindre 58,8 millions de dollars. Difficile pour les Européens de surenchérir. F. K.