Lufthansa réceptionne son premier gros porteur Boeing 747-8

© 2012 AFP

— 

Lufthansa a annoncé mercredi avoir reçu livraison de son premier avion Boeing de modèle 747-8 Intercontinental, à la fois gros porteur et moins polluant et sera la première compagnie aérienne du monde à le mettre en service le 1er juin pour ses vols passagers.
Lufthansa a annoncé mercredi avoir reçu livraison de son premier avion Boeing de modèle 747-8 Intercontinental, à la fois gros porteur et moins polluant et sera la première compagnie aérienne du monde à le mettre en service le 1er juin pour ses vols passagers. — Stephen Brashear afp.com

Lufthansa a annoncé ce mercredi avoir reçu livraison de son premier avion Boeing de modèle 747-8 Intercontinental, à la fois gros porteur et moins polluant et sera la première compagnie aérienne du monde à le mettre en service le 1er juin pour ses vols passagers. Le premier vol commercial passagers de ce nouvel avion «Jumbo», conçu par l'avionneur américain pour donner la réplique à l'A380 d'Airbus, aura lieu le 1er juin de Francfort à Washington, a précisé Lufthansa dans un communiqué.

L'avion contient 362 places, dont 8 en première classe et 92 en classe affaires. Il est présenté comme moins bruyant, plus économe en carburant et moins polluant que son prédécesseur, le 747-400. Lufthansa doit recevoir cinq avions de ce type cette année, pour desservir de Francfort, outre Washington, New Dehli et Bangalore en Inde, Chicago et Los Angeles. Au total la compagnie compte en accumuler 20 d'ici 2015.

Appareils moins gourmants en carburant

Lufthansa a à coeur de renouveler sa flotte afin de se doter d'appareils moins gourmants en carburant alors que les prix du pétrole flambent, et moins polluants pour alléger le poids de la taxe européenne sur les émissions de CO2, étendue cette année au secteur aérien. Le groupe, qui possédait 636 appareils fin 2011 (excepté sa filiale BMI, revendue depuis) a un niveau actuel de commandes de 168 avions jusqu'en 2018, pour un prix catalogue total de 17 milliards d'euros, dont des Airbus A380 et A320 Neo.

«Des annulations (de commandes) sont pour moi le dernier recours car cela retarderait le renouvellement de la flotte qui est urgemment nécessaire», a assuré le président du conseil de surveillance du groupe, Jürgen Weber, dans un entretien au Börsen-Zeitung paru ce mercredi. Le premier groupe aérien européen traverse actuellement une zone de turbulences et ses résultats trimestriels, attendus jeudi, sont attendus dans le rouge.