Expropriation de REE en Bolivie: Madrid demandera «un prix juste» en compensation

© 2012 AFP

— 

Le gouvernement espagnol "surveillera" si l'Etat bolivien compense suffisamment l'expropriation, annoncée mardi, de la filiale de Red Electrica Corporacion (REE), à qui il apportera son "assistance (pour demander) un prix juste", a indiqué mercredi le ministre de l'Economie.
Le gouvernement espagnol "surveillera" si l'Etat bolivien compense suffisamment l'expropriation, annoncée mardi, de la filiale de Red Electrica Corporacion (REE), à qui il apportera son "assistance (pour demander) un prix juste", a indiqué mercredi le ministre de l'Economie. — Jim Watson afp.com

Le gouvernement espagnol «surveillera» si l'Etat bolivien compense suffisamment l'expropriation, annoncée mardi, de la filiale de Red Electrica Corporacion (REE), à qui il apportera son «assistance (pour demander) un prix juste», a indiqué mercredi le ministre de l'Economie. «Ce qu'a garanti le gouvernement bolivien, c'est que l'entreprise sera dédommagée des coûts investis dans le réseau d'électricité», a affirmé Luis de Guindos, interrogé à Bruxelles par la radio publique espagnole.

«Donc, évidemment, c'est un élément que le gouvernement va surveiller et il va apporter effectivement son assistance (pour demander) un prix juste pour ces investissements», a-t-il ajouté. Il s'agit là de la première réaction officielle du gouvernement espagnol après la décision mardi du président bolivien, Evo Morales, de nationaliser l'entreprise à capitaux espagnols gestionnaire des deux tiers du réseau électrique en Bolivie. Cette nationalisation survient deux semaines après que l'Argentine a exproprié le groupe espagnol Repsol de sa filiale YPF.