Pourquoi il faut booster la création de coopératives

TRAVAIL L'ONU veut inciter les Etats à développer ce type d'entreprises...

Céline Boff

— 

Des vins biologiques vendus dans une coopérative.
Des vins biologiques vendus dans une coopérative. — AFP PHOTO MYCHELE DANIAU

On en parle peu et pourtant, 2012 a été proclamée Année internationale des coopératives par l'ONU. Son objectif : inciter les Etats à instaurer des mesures favorisant le développement de ces entreprises. En Europe, l'événement phare est l'ouverture, ce lundi, de la Semaine des coopératives. L'occasion de faire le point sur ce que sont ces entreprises.

C'est pour l'agriculture. Pas seulement. On les retrouve dans tous les secteurs : banque, artisanat, commerce, industrie, services. Il existe même des coopératives de consommateurs, dans l'alimentaire surtout.

C'est insignifiant. Effectivement : il y a 21 000 coopératives en France, ce qui représente moins de 0,6 % des entreprises françaises. Elles emploient tout de même un million de salariés et réalisent un chiffre d'affaires de 288 milliards d'euros.

C'est à but non lucratif. Pas du tout. Les coopératives cherchent à gagner de l'argent. En 2010 (derniers données disponibles), leur chiffre d'affaires a d'ailleurs progressé de 12 % par rapport à 2009. La différence, c'est qu'elles reversent leurs bénéfices en priorité à leurs associés et clients, producteurs ou salariés, et pas à de lointains actionnaires.

C'est fragile. Au contraire : les coopératives ont mieux résisté à la crise que les entreprises classiques. C'est ce que démontre notamment une étude du Bureau international du travail de 2009.

Ce n'est pas enrichissant. C'est plutôt vrai : dans une Société coopérative et participative (Scop) par exemple, quand un salarié actionnaire quitte l'entreprise, il part avec son capital initial, sans plus-value. C'est un peu comme acheter un logement et le revendre exactement au même prix quelques années plus tard… Si ce système permet d'éviter la spéculation, il refroidit bien des investisseurs. Mais des dividendes – généralement les deux tiers des bénéfices – sont reversés chaque année aux salariés associés.

Et DANS LE MONDE ?

Les coopératives, c'est 100 millions de salariés et un milliard de membres. A noter que 20 % de ces entreprises sont d'envergure internationale.