Les barres chocolatées se régalent sur le marché français

CONSOMMATION La crise économique et les campagnes anti-obésité n'ont pas eu raison du business des barres chocolatées au sein de l'Hexagone, nous apprend «Le Figaro»...

Bertrand de Volontat

— 

Kit Kat, la barre chocolatée de Nestlée, est la troisième la plus consommée en France
Kit Kat, la barre chocolatée de Nestlée, est la troisième la plus consommée en France — Sipa

Les Français, dont la consommation est en berne, gardent toutefois un péché mignon. Les ventes de barres chocolatées génèrent 341 millions de chiffre d’affaires annuel sont en hausse de 7%, la meilleure progression cette année sur le marché de la confiserie de chocolat. Et malgré la hausse des prix de ces produits de 2% (à cause de la poussée des matières premières), les Français restent fidèles.

L’heure du goûter, c’est sacré

Ferrero (Kinder Bueno, Kinder Country…), Mars (Mars, Twix, Snickers…), Nestlé (Kit Kat, Lion…) règnent en patron sur ce secteur qui n’a pas atteint son plein développement. En effet, les Français ne consomment pour l’heure que trois barres chocolatées en moyenne par an - deux fois moins que les tablettes de chocolat. Les trois gros profitent toutefois du moment du goûter, sacré chez nous, pour s’imposer dans l’Hexagone.

La lutte anti obésité est en partie «responsable» de cette consommation encore larvée, les barres chocolatées ayant disparu des principaux étals et des caisses des grandes surfaces.  Les grandes marques ont donc surfé sur l’aspect nutritionnel et l’apport énergétique quotidien nécessaire de leurs produits pour conserver un fort rythme de croissance. Fini la publicité à la sortie des classes et place aux qualités de ces barres pour le corps humain.

Une nouvelle image, et ça repart

A l’image de ce revirement d’image, les marques ont cherché une nouvelle dynamique. Mars a par exemple réduit l’utilisation de graisse et d’acides gras saturés, raccourci la longueur de sa barre et a même relancé sa célèbre pub des années 1990 «Un Mars, et ça repart».

Kit Kat a quant à lui créé un modèle allégé destiné aux femmes et a récemment encore baissé son nombre de calories par barre.

Plus léger, plus simple, l’opération séduction des mamans pour leurs enfants tient encore la route et les barres défient facilement la concurrence des viennoiseries et biscuits, pourtant fortement implantés chez nous, notamment dans les boulangeries pâtisseries et les marques françaises traditionnelles (comme Lu).

Répartition du marché:

  • Kinder Bueno 26%,
  • Kinder Maxi 12,
  • Kit Kat 10,4,
  • Twix 10,
  • Mars 8,1,
  • Kinder Country 6,
  • Snickers, Ballisto 5,4,
  • Lion 4,2.