Présidentielle: Pour Nicolas Sarkozy «il n'y a plus de risque d'implosion de l'euro»

avec AFP
— 
Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi sur RTL qu'il n'y avait "plus de risque d'implosion de l'euro", mais que l'Europe était en "convalescence".
Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi sur RTL qu'il n'y avait "plus de risque d'implosion de l'euro", mais que l'Europe était en "convalescence". — Lionel Bonaventure afp.com

Nicolas Sarkozy a affirmé ce vendredi sur RTL qu'il n'y avait «plus de risque d'implosion de l'euro», ajoutant que l'Europe était en «convalescence».

«Le risque d'implosion de l'euro n'existe plus, mais l'Europe est convalescente, c'est une réalité et nous n'avons pas le droit à l'erreur», a affirmé le président candidat. Selon lui, «à la minute où nous relâcherons la pression sur la réduction des dépenses, la réduction des déficits, de l'endettement, la France connaîtra le sort de l'Espagne».

«Je ne sais plus si l'exemple espagnol est toujours d'actualité»

«La France a levé 8 milliards d'euros avant-hier pour financer sa dette. Elle l'a fait à un taux historiquement bas, en-dessous de 3%. L'Espagne, à la même minute, emprunte, pour financer sa dette, au double du prix de la France. Les mêmes causes produiront les mêmes effets», a-t-il assuré.

«Lors de la campagne de 2007, Ségolène Royal, candidate PS, vantait l'exemple espagnol, et M. Hollande a été reçu» pendant cette campagne électorale «par un seul Premier ministre, M. (José Luis Rodriguez) Zapatero», ancien chef du gouvernement espagnol, socialiste. «Je ne sais plus si l'exemple espagnol est toujours d'actualité», a-t-il ajouté.