Le Medef «dans les starting-blocks» pour la prochaine législature

Reuters

— 

Le Medef est impatient d'ouvrir les travaux de la prochaine législature, notamment la protection sociale et les réformes structurelles, a déclaré mardi sa présidente Laurence Parisot.

L'organisation patronale, critiquée par François Hollande pour avoir montré sa préférence pour Nicolas Sarkozy, est prête à travailler avec le prochain gouvernement, quel qu'il soit, et les syndicats, a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse.

Quatre chantiers à venir

«Quatre chantiers seront abordés», a-t-elle dit : marché du travail et «employabilité compétitive», modernisation du dialogue social, qualité de vie au travail et égalité hommes-femmes, ainsi que «protection sociale et grandes réformes structurelles liées à l'avenir de la protection sociale», en particulier sur les retraites complémentaires et l'assurance maladie.

«Nous sommes prêts, je dirai même que nous sommes dans les 'starting-blocks'. Nous sommes prêts à travailler avec le prochain gouvernement quel qu'il soit, quelle que soit l'issue du scrutin du 6 mai», a dit Laurence Parisot.

Le Medef «quasi prêt» et «impatient»

«Nous pensons que très rapidement les questions sociales seront au coeur de la phase gouvernementale qui s'ouvre», a-t-elle ajouté. «Nous sommes quasi prêts et nous sommes impatients.»

Favori des sondages à moins d'une semaine du premier tour, François Hollande a jugé que Laurence Parisot sortait de son rôle en saluant «le boulot extraordinaire» de Nicolas Sarkozy, même si la dirigeante patronale a salué la volonté de dialogue social du candidat socialiste.