Les gagnants et les perdants du budget 2007

— 

Le projet de budget 2007 du gouvernement, présenté mardi au Parlement, prévoit la suppression nette de 15.032 postes de fonctionnaires (équivalent temps plein), avec des emplois en moins dans l'enseignement, mais plus de gendarmes et policiers.

Perdants :

- L'enseignement scolaire : c'est  le principal secteur où les effectifs diminuent, avec 8.700 postes supprimés (sur plus de 1,1 million) en raison notamment de la diminution du nombre des élèves.

- Les services administratifs de la Défense : ils perdent quelque 4.000 emplois en raison de "la réorganisation de services centraux" et de "la poursuite du processus d'externalisation de certaines fonctions de gestion".

- Le ministère des Finances : il perd 2.988 emplois, effort qualifié de "plus important depuis vingt ans" et résultat de "gains de productivité".

- Dans le domaine des transports et de l'équipement, 1.267 emplois doivent être supprimés en raison notamment de la décentralisation du réseau routier national, dont la gestion est transférée en partie aux collectivités locales.

- Le ministère de l'Agriculture : il devra renoncer à 939 emplois à la suite de la réorganisation des services déconcentrés.

- Ministère de l'Intérieur : 400 emplois doivent être supprimés (hors police), notamment dans l'administration préfectorale.

Les gagnants :

- L'enseignement supérieur et la recherche : ils bénéficient de 1.568 emplois supplémentaires.

- Les missions de sécurité : elles bénéficient d'effectifs en hausse, avec 1.387 postes créés dans la gendarmerie et 400 dans la police, sur environ 150.000 effectifs de police. Au total, sur l'ensemble de la législature, plus de 12.000 emplois de policiers et gendarmes auront été créés, auxquels s'ajoutent 2.000 adjoints de sécurité, souligne le gouvernement.

- La justice : elle gagne 548 emplois, avec l'augmentation annoncée des effectifs de magistrats et de greffiers.