SP n'envisage pas d'abaisser prochainement la note AAA du Royaume-Uni

© 2012 AFP

— 

L'agence Standard and Poor's (SP) a annoncé jeudi avoir abaissé d'un cran à "CCC", la note de la dette de Chypre à l'heure où le pays tente de négocier un nouvel plan d'aide avec ses créanciers de l'Union européenne et du FMI.
L'agence Standard and Poor's (SP) a annoncé jeudi avoir abaissé d'un cran à "CCC", la note de la dette de Chypre à l'heure où le pays tente de négocier un nouvel plan d'aide avec ses créanciers de l'Union européenne et du FMI. — Eric Piermont AFP

L'agence de notation financière Standard & Poor's (SP) a annoncé ce vendredi que le Royaume-Uni ne risquait pas de perdre prochainement sa note maximale, une décision que le gouvernement a aussitôt interprété comme un encouragement à sa politique d'austerité. SP a confirmé la note de crédit maximale AAA du pays, associée à une perspective stable, signifiant qu'elle n'envisage pas de la baisser prochainement.

«La perspective stable reflète notre attente d'une poursuite de la consolidation des finances publiques par le gouvernement», explique l'agence. SP dit aussi s'attendre à ce que «la reprise économique prenne de la vitesse à moyen terme». «Le Royaume-Uni possède une économie saine, ouverte et diversifiée, soutenue par des institutions politiques efficaces, qui peuvent réagir rapidement aux défis économiques», ajoute l'agence. Le pays jouit également de la note maximale attribuée par deux autres agences, Moody's et Fitch, mais celles-ci envisagent en revanche d'abaisser sa note souveraine.

Le gouvernement du Premier ministre conservateur David Cameron s'est aussitôt félicité vendredi de la décision de SP, dans laquelle il voit un soutien à sa politique d'austerité. «La Grande-Bretagne échappe à la tempête internationale causée par les dettes grâce à la politique que nous avons mise en oeuvre et à laquelle nous nous sommes tenus dans cette période difficile», a réagi le ministre des Finances, George Osborne. «Nous sommes une nouvelle fois rappelés au fait que ceux qui veulent dépenser et emprunter toujours plus mèneraient notre pays droit à la catastrophe économique», a-t-il ajouté.