Renault a signé un protocole d'accord avec Dongfeng pour produire en Chine

avec AFP

— 

Le suicide d'un salarié de Renault en 2007 est "dû à la faute inexcusable" du constructeur automobile, selon un arrêt rendu jeudi par la cour d'appel de Versailles
Le suicide d'un salarié de Renault en 2007 est "dû à la faute inexcusable" du constructeur automobile, selon un arrêt rendu jeudi par la cour d'appel de Versailles — Daniel Roland afp.com

Le constructeur automobile français Renault a signé un protocole d'accord avec le chinois Dongfeng pour produire des véhicules dans ce pays où il ne possède pas d'usine pour l'instant, a indiqué vendredi une source proche du dossier à l'AFP. Ceci marque «la fin de la première étape en vue d'un accord», a indiqué cette source, sans entrer plus dans les détails. Renault s'est refusé à tout commentaire.

Le constructeur français avait annoncé l'an dernier son intention de produire des véhicules après 2014 en Chine, devenu le premier marché automobile mondial. Jusqu'alors, il avait laissé ce secteur à son partenaire japonais Nissan, qui travaille déjà avec Dongfeng. Son PDG Carlos Ghosn avait fait savoir en février que le groupe pourrait y produire des modèles électriques et qu'il compte aussi y vendre du haut-de-gamme.

La présence de Renault en Chine est pour l'instant anecdotique, avec un peu plus de 24.000 voitures vendues l'an dernier, essentiellement des 4x4 Koleos. Il est toutefois en train d'élargir son réseau de concessionnaires, qui comprenait en février 80 points de ventes.

Selon la presse chinoise, Renault pourrait s'implanter dans la ville de Wuhan (centre) où Dongfeng possède déjà une usine. Ghosn pourrait en dire plus à ce sujet lors du salon automobile de Pékin qui ouvrira ses portes à la presse le 23 avril.