Les locataires plombés par l'envolée des cours du pétrole

DECRYPTAGE L'Insee a réévalué vendredi l'indice de référence des loyers (IRL) qui sert à calculer les augmentations pour les loyers des logements en cours de bail...

Claire Planchard

— 

L'indice de référence de loyers est indexé sur l'évolution des prix à la consommation depuis 2008.
L'indice de référence de loyers est indexé sur l'évolution des prix à la consommation depuis 2008. — KROD/WPA/SIPA

Il n’y a pas que les factures d’énergie qui flambent pour les locataires, les loyers aussi!

Double peine our les locataires

Selon le dernier indice publié vendredi par l’Insee, les propriétaires vont pouvoir augmenter les loyers de 2,24%, un niveau jamais atteint depuis le premier trimestre 2009.

En cause: l’accélération de l’inflation enregistrée ces derniers mois. En effet, depuis 2008, l’IRL «correspond à la moyenne, sur les douze derniers mois, de l’indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers», précise l’Insee.

Or ces prix ont progressé de 0,8% en mars après avoir déjà augmenté de 0,4% en février, gagnant 2,3% sur un an, sous la pression notamment de la hausse des coûts de l’énergie (+1,2% en mars, après 1% en février; 6,5% sur un an), selon les chiffres publiés jeudi par l’Institut de la statistique.

Pour le locataire qui voit ses notes de gaz et d’électricité grimper, c’est donc un peu la double peine.

«Malheureusement pour les locataires il est assez logique que les loyers augmentent»

Selon Philippe Crevel, le porte-parole du Cercle des épargnants, qui représente notamment les propriétaires bailleurs, la hausse doit toutefois être relativisée: «Il faut voir que les prix de l’immobilier pour les biens d’acquisition ont fortement augmenté ces deux dernières années et que les rendements locatifs ont plutôt baissé. A cela s’ajoutent des services inhérents à l’habitation comme l’entretien ou le renouvellement des ascenseurs dont les prix augmentent en général plus vite que les loyers» explique-t-il.

«Malheureusement pour les locataires il est assez logique que les loyers augmentent et si on était dans une logique purement économique ils devraient encore plus augmenter», conclut-il un brin provocateur.