Le Portugal devient le premier pays à ratifier le pacte budgétaire européen

EUROPE Le parlement portugais a approuvé vendredi le pacte...

© 2012 AFP

— 

Le parlement portugais a approuvé vendredi le pacte budgétaire européen, le Portugal devenant ainsi le premier pays de l'UE à ratifier ce texte qui fait de la discipline et de la rigueur les principaux instruments pour lutter contre la crise de la dette.
Le parlement portugais a approuvé vendredi le pacte budgétaire européen, le Portugal devenant ainsi le premier pays de l'UE à ratifier ce texte qui fait de la discipline et de la rigueur les principaux instruments pour lutter contre la crise de la dette. — Francois Lenoir afp.com

Le parlement portugais a approuvé vendredi le pacte budgétaire européen, le Portugal devenant ainsi le premier pays de l'UE à ratifier ce texte qui fait de la discipline et de la rigueur les principaux instruments pour lutter contre la crise de la dette.

Le parlement portugais a également adopté le Mécanisme européen de stabilité (MES), destiné à soutenir les pays de la zone euro qui, comme le Portugal, connaissent des difficultés financières.

Le pacte budgétaire a été voté par la majorité de droite et l'opposition socialiste, à l'exception de deux députés, et rejeté par la gauche radicale.

Signé le 2 mars à Bruxelles par 25 pays membres de l'Union européenne, le pacte commencera à s'appliquer dès que 12 Etats l'auront ratifié.

Actuellement sous assistance financière, le Portugal a demandé en mai 2011, après la Grèce et l'Irlande, une aide exceptionnelle de l'UE et du FMI. En échange d'un prêt sur trois ans de 78 milliards d'euros, il s'est engagé à mettre en oeuvre un vaste plan de réformes, marqué par une austérité sans précédent.

Jusqu'à présent le gouvernement est parvenu à respecter l'essentiel des objectifs recommandés par ses créanciers, réussissant par exemple à ramener l'année dernière son déficit public à 4,2% du PIB alors qu'il avait atteint 9,8% en 2010.

Le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, a insisté devant le parlement sur l'importance pour le Portugal "de retrouver la confiance des marchés".