Le Portugal doit devenir le premier pays de l'UE à approuver le Pacte budgétaire

avec AFP

— 

Le Portugal, sous assistance financière, doit devenir vendredi le premier pays de l'UE à ratifier par voie parlementaire le pacte budgétaire européen qui a fait de la discipline et de la rigueur les principaux instruments pour lutter contre la crise de la dette.
Le Portugal, sous assistance financière, doit devenir vendredi le premier pays de l'UE à ratifier par voie parlementaire le pacte budgétaire européen qui a fait de la discipline et de la rigueur les principaux instruments pour lutter contre la crise de la dette. — Francois Lenoir afp.com

Le Portugal, sous assistance financière, doit devenir vendredi le premier pays de l'UE à ratifier par voie parlementaire le pacte budgétaire européen qui a fait de la discipline et de la rigueur les principaux instruments pour lutter contre la crise de la dette. Le parlement portugais doit approuver aussi le Mécanisme européen de stabilité (MES), destiné à soutenir les pays de la zone euro qui, comme le Portugal, connaissent des difficultés financières.

Une simple formalité au Portugal

Le vote devait être une simple formalité. Le gouvernement de centre-droit du Premier ministre Pedro Passos Coelho dispose à l'Assemblée d'une confortable majorité et le Parti socialiste - principale formation d'opposition - a indiqué qu'il donnerait son approbation lui aussi, afin de ne pas saper la crédibilité du Portugal à l'extérieur.

Signé le 2 mars à Bruxelles par 25 pays membres de l'Union européenne, le pacte commencera à s'appliquer dès que 12 Etats l'auront ratifié. Témoins de la controverse qu'il a suscitée, la Grande-Bretagne et la République tchèque ont choisi de rester en dehors, tandis que l'Irlande a décidé de le soumettre à un référendum.

Le pacte instaure des sanctions quasi-automatiques en cas de dérapages des déficits publics et prévoit notamment un déficit structurel d'un niveau maximal de 0,5% du PIB, un déficit public maximum de 3% du PIB et une dette globale ne dépassant pas 60% du PIB.