L'Espagne n'aura pas besoin d'un plan d'aide, réaffirme Bruxelles

CRISE DE LA DETTE La Commission européenne a une nouvelle fois assuré mercredi que l'Espagne n'aurait pas besoin d'un plan d'aide financière...

© 2012 AFP

— 

La Commission européenne a une nouvelle fois assuré mercredi que l'Espagne n'aurait pas besoin d'un plan d'aide financière, pour soulager son secteur bancaire notamment, qui est en difficulté.
La Commission européenne a une nouvelle fois assuré mercredi que l'Espagne n'aurait pas besoin d'un plan d'aide financière, pour soulager son secteur bancaire notamment, qui est en difficulté. — Pedro Armestre afp.com

La Commission européenne a une nouvelle fois assuré mercredi que l'Espagne n'aurait pas besoin d'un plan d'aide financière, pour soulager son secteur bancaire notamment, qui est en difficulté.

"Nous restons sur notre position", a affirmé Olivier Bailly, un porte-parole de la Commission européenne, balayant tout besoin d'aide financière de Madrid lors d'un point de presse. Il répondait à une question sur un éventuel plan d'aide pour recapitaliser les banques espagnoles via le Fonds de secours européen (FESF), le pare-feu temporaire de la zone euro.

La situation de l'Espagne inquiète les marchés, alors que les taux auxquels le pays se finance sont près de 6%, un niveau jugé insoutenable dans la durée.

Les Bourses européennes ont en outre connu un accès de faiblesse mardi, perdant 3% en raison des craintes liées à Madrid avant de se reprendre mercredi.

La Commission européenne a tenu à rappeler les nombreux efforts consentis par la quatrième économie de la zone euro, comme "la très importante réforme du marché du travail". Elle avait déjà salué la veille les grandes lignes du budget 2012, ainsi que les mesures d'économies qui viennent d'être annoncées dans les secteurs de la santé et l'éducation et visent à économiser 10 milliards d'euros.

Le gouvernement espagnol a présenté fin mars un budget 2012 d'une austérité sans précédent, prévoyant 27,3 milliards d'euros d'économies, afin de ramener le déficit public du pays de 8,51% du PIB fin 2011 à 5,3% cette année.