46e remue-méninges de la CFDT à Grenoble

©2006 20 minutes

— 

La CFDT lance lundi à Grenoble son 46e congrès, qui va débattre en profondeur de la crise des retraites de 2003, avant de se pencher sur les réformes polémiques des années à venir et de réélire François Chérèque pour un deuxième mandat de secrétaire général.
La CFDT lance lundi à Grenoble son 46e congrès, qui va débattre en profondeur de la crise des retraites de 2003, avant de se pencher sur les réformes polémiques des années à venir et de réélire François Chérèque pour un deuxième mandat de secrétaire général. — Stéphane de Sakutin AFP/Archives

Des centaines de militants inaugurent aujourd'hui le 46e congrès de la CFDT à Grenoble. Ils vont plancher pendant cinq jours sur la feuille de route des quatre prochaines années. Les points forts du congrès.

Nouvelle direction Après un éprouvant premier mandat marqué par la crise des retraites, en 2003, le secrétaire général François Chérèque est le seul candidat à sa succession.

Services publics S'il n'est pas question de contester ces missions d'intérêt général, les délégués vont envisager leur mise en oeuvre par des entreprises privées.

Grèves Pas de service minimum rendu obligatoire par la loi, mais d'autres formes d'actions sont recherchées, pour réserver l'arrêt du travail aux cas extrêmes.

Retraite L'allongement de la durée de cotisation sera au menu de la prochaine réforme, en 2008. Reste à voir à quelles conditions, notamment pour les bas salaires.

Contrat de travail Il s'agit d'en « rénover le principe et le contenu ». Mais il faut d'abord trouver une méthode de travail pour traiter ce dossier ultrasensible.

Démocratie interne Le dialogue doit être amélioré pour empêcher le divorce entre le bureau national et une partie de la base.

A. B. (avec AFP)

La CFDT est le premier syndicat du secteur privé avec 806 800 adhérents. Mais elle a perdu près de 10 % de ses militants depuis 2003, début de la crise interne provoquée par son soutien à la réforme des retraites.