Wall Street en net repli, le marché anxieux avant un long week-end pascal

avec AFP

— 

Wall Street a terminé sans direction mardi dans un marché attentiste avant la conclusion de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) américaine: le Dow Jones a pris 0,53% et le Nasdaq a cédé 0,30%
Wall Street a terminé sans direction mardi dans un marché attentiste avant la conclusion de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) américaine: le Dow Jones a pris 0,53% et le Nasdaq a cédé 0,30% — Spencer Platt afp.com

La Bourse de New York évoluait en nette baisse jeudi, abordant avec anxiété la fin de la semaine avant un long week-end pascal: le Dow Jones perdait 1,22% et le Nasdaq 0,07%. Vers 15h25, le Dow Jones Industrial Average reculait de 152,27 points à 13.047,28 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 3,63 points à 3.064,46 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 perdait 0,15% (-2,09 points) à 1.396,87 points.

Wall Street s'était fortement repliée mercredi dans le sillage des bourses européennes, les investisseurs s'inquiétant pour la zone euro: le Dow Jones Industrial Average avait cédé 0,95% à 13.074,75 points et le Nasdaq , à dominante technologique, 1,46% à 3.068,09 points.

Trois jours de weekend à partir de demain

«En dépit de nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage à leur plus bas depuis le mois d'avril 2008, la Bourse qui entame sa dernière journée avant un long week-end pascal est plombée par des craintes de récession et de crise de la dette en zone euro», ont résumé les experts de Charles Schwab.

Le marché sera fermé vendredi, jour où seront publiés les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis, perçus comme un indicateur clé de la vigueur de la reprise économique au sein de la première économie mondiale.

Les chiffres hebdomadaires des nouvelles inscriptions au chômage, publiés jeudi, en ont donné un avant-goût: lors de la dernière semaine de mars, ils ont poursuivi leur baisse, atteignant leur niveau le plus bas depuis quatre ans à 357.000, un chiffre conforme aux attentes (355.000).

Mais le marché de la dette en Europe inquiétait encore, les taux obligataires espagnols et italiens continuant à s'apprécier, dans un contexte d'inquiétude pour l'Espagne qui peine à convaincre les investisseurs de sa capacité à sortir de la crise.