China Southern Airlines veut honorer ses commandes d'Airbus

© 2012 AFP

— 

China Southern Airlines n'a pas l'intention d'annuler ou de retarder les commandes d'Airbus qu'elle a passées, en dépit du différend entre la Chine et l'UE sur la taxe carbone, a déclaré vendredi le président de la compagnie chinoise à l'agence Dow Jones.
China Southern Airlines n'a pas l'intention d'annuler ou de retarder les commandes d'Airbus qu'elle a passées, en dépit du différend entre la Chine et l'UE sur la taxe carbone, a déclaré vendredi le président de la compagnie chinoise à l'agence Dow Jones. — Str afp.com

China Southern Airlines n'a pas l'intention d'annuler ou de retarder les commandes d'Airbus qu'elle a passées, en dépit du différend entre la Chine et l'UE sur la taxe carbone, a déclaré vendredi le président de la compagnie chinoise à l'agence Dow Jones. L'avionneur européen craint que Pékin bloque les commandes de 55 appareils, dont 45 longs courriers A330 et 10 super-jumbos A380, en représailles à cette taxe imposée depuis janvier à toutes les compagnies opérant dans l'Union européenne, avait déclaré il y a deux semaines une source proche d'Airbus.

China Southern doit prendre livraison de 9 A330 ainsi que de 2 A380. La compagnie basée à Canton (sud) a commandé le super-jumbo en cinq exemplaires au total, dont trois ont déjà été livrés. Première et pour l'instant seule compagnie de Chine continentale à avoir annoncé l'achat d'A380, China Southern utilise pour l'instant cet appareil sur des liaisons intérieures. «Nous pensons obtenir cette année du gouvernement l'autorisation d'utiliser l'A380 sur des liaisons internationales», a déclaré à l'agence financière le président de la compagnie, Si Xian.

China Southern doit recevoir son quatrième A380 en septembre et le cinquième début 2013. La Chine, les Etats-Unis, la Russie et 23 autres des 36 membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) s'opposent à la taxe carbone européenne. Celle-ci, entrée en vigueur sur le papier le 1er janvier 2012, oblige les compagnies opérant dans l'UE, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique.