Airbus: L'assemblage de l'A350 va démarrer dans les prochains jours à Toulouse

avec AFP

— 

L'assemblage du futur long-courrier d'Airbus, l'A350, en matériau composite, va démarrer "dans les tout prochains jours" à Toulouse, siège de l'avionneur européen, ouvrant la voie aux premiers essais en vue de la certification de l'appareil qui doit entrer en service en 2014.
L'assemblage du futur long-courrier d'Airbus, l'A350, en matériau composite, va démarrer "dans les tout prochains jours" à Toulouse, siège de l'avionneur européen, ouvrant la voie aux premiers essais en vue de la certification de l'appareil qui doit entrer en service en 2014. — Remy Gabalda afp.com

L'assemblage du futur long-courrier d'Airbus, l'A350, en matériau composite, va démarrer «dans les tout prochains jours» à Toulouse, siège de l'avionneur européen, ouvrant la voie aux premiers essais en vue de la certification de l'appareil qui doit entrer en service en 2014.

«L'assemblage du premier avion va démarrer dans les tout prochains jours. Il servira aux essais statiques (au sol)», a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'industriel. «L'assemblage de l'avion, qui sera utilisé pour les essais en vol, démarrera au début de l'été pour un premier vol», a-t-il ajouté. Il a en outre expliqué qu'il fallait environ six mois entre le moment où l'avion commence à être assemblé et le premier vol d'essai.

Nouveau calendrier respecté

Le futur patron d'Airbus, Fabrice Brégier, actuellement numéro 2 de cette filiale d'EADS, avait indiqué en janvier que le programme A350 se déroulait exactement comme prévu.

Airbus avait longtemps assuré que son premier A350 - qui doit rivaliser avec les appareils de son concurrent américain, le Boeing 777 et le nouveau 787 "Dreamliner" lui aussi en matériau composite -, serait livré à la fin 2013 avant de se résoudre en novembre dernier à annoncer six mois de retard, soit un surcoût de 200 millions d'euros.

Le démarrage de l'assemblage avait alors été décalé de fin 2011 au premier trimestre 2012.

Interrogé de nouveau sur le calendrier, Airbus a affirmé vendredi que l'avionneur «était dans les clous», contredisant des informations parues dans la presse la semaine dernière annonçant de nouveaux retards.