L'Autorité de la concurrence met son nez dans le marché du porc breton

M.B.

— 

L’Autorité de la concurrence fait feu de tout bois. Après les endives, la farine, les yaourts, elle s’attaque au fonctionnement du marché du porc breton de Plérin, selon les informations du Figaro de ce vendredi. Elle soupçonne huit principaux acheteurs, des coopératives et des abattoirs, d'échanges d'informations ayant entraîné la baisse des prix au détriment des éleveurs. Ces derniers administrent ce marché où est côté 15% de la production française et qui sert de référence au niveau national.

«Le MPB fonctionne sur le principe d'enchères dégressives, explique au quotidien un professionnel. Il est reproché aux acheteurs d'avoir discuté entre eux la fixation d'un prix de retrait avant même la tenue des enchères.» Quatre éleveurs ont saisi l’Autorité en 2008. Sa décision serait rendue d’ici la fin de l’année.

L’affaire intervient dans un contexte délicat pour la filière porcine. «Les éleveurs souffrent de l'augmentation des matières premières, notamment de l'alimentation des animaux, qui a fait flamber leurs coûts de production. Et ce, alors que les cours repartent à peine à la hausse depuis six mois, après quatre ans de stabilité», explique Le Figaro.