Tourisme: La France met ses artisans d'excellence à l'honneur

PATRIMOINE L'agence française de développement touristique Atout France va renforcer son soutien aux sociétés labélisées «Entreprises de patrimoine vivant» (EPV)...

Claire Planchard

— 

Deux coutelleries de Laguiole (Aveyron) font partie de la «Route des Entreprises du patrimoine Vivant»
Deux coutelleries de Laguiole (Aveyron) font partie de la «Route des Entreprises du patrimoine Vivant» — GUILLERMIN/SIPA

Des grands noms de l’artisanat de luxe comme la Manufacture de cristal de Baccarat en Lorraine à l’atelier du clavecin picard ou au forgeron normand, près de 300 entreprises porteuses du label de l’excellence des savoir-faire français ouvrent aujourd’hui leurs portes au public de façon occasionnelle ou permanente.

Un patrimoine unique que l’agence Atout France entend mettre en avant auprès des touristes étrangers dans le cadre d’une convention de partenariat conclue en novembre dernier.  Première opération en date: la présence d’un stand dédié sur le salon professionnel «Rendez-vous en France» les 27 et 28 mars derniers à Paris pour promouvoir une «route des EPV» à travers la France.

Un atout pour le rayonnement touristique de la France

«L’objectif est de valoriser des entreprises françaises qui ont un savoir-faire complexe souvent unique. Pour certaines, cette activité touristique représente une véritable source de revenus complémentaires avec des musées, des show-rooms et des boutiques. D’autres sont en revanche davantage dans une logique patrimoniale pour faire connaitre et transmettre des savoir-faire», explique Anne-Laure Halphen, chef de projet «Label EPV» au sein d l’Institut supérieur de métiers.

La verrerie de Biot, berceau du verre bullé dans les Alpes-Maritimes, reçoit ainsi plus de 700.000 visiteurs par an. Une activité dont l’entreprise tire aujourd’hui 75% de son chiffre d’affaires. «La verrerie reçoit du public depuis sa création en 1956 et nous sommes fiers d’être une destination touristique.  D’ailleurs si nous sommes toujours à Biot aujourd’hui, c’est grâce au tourisme», note Anne Lechaczynski,  la présidente de la société. «Mais le label EPV est très important pour nous car il met en avant que l’on est un métier d’art reconnu par la France et donc incontournable.» explique-t-elle.

Des métiers «anachroniques» à la peine pour recruter

Les ateliers Perceval, spécialiste des couteaux de luxe à Thiers en Auvergne, n’ont pas non plus attendu de recevoir le label EPV pour recevoir les visiteurs. Mais cette activité reste très marginale. «Les visiteurs occasionnels n’ont en général pas les moyens d’acheter nos couteaux qui peuvent coûter jusqu’à 1.000 euros mais ce n’est pas un problème: on ne les attend pas à coté de la caisse enregistreuse! estime Rolan Lannier, chef de projet chez Perceval. «Ce qui est intéressant c’est l’échange entre la passion de celui qui fabrique et celle des amateurs de coutellerie», poursuit-il. 

Pour cette entreprise au savoir-faire unique le label EPV est avant tout un formidable outil de promotion à l’exportation. Mais «si on peut créer en plus des vocations grâce à ces visites on ne demande pas mieux car on est toujours en peine pour trouver des personnels qualifiés pour ces métiers passionnants mais qui restent malgré tout un peu pénibles et anachroniques!» conclut-il.