Hausse des prix des carburants: La France veut puiser dans ses stocks

CARBURANT La France est «favorable» à puiser dans ses réserves stratégiques ...

M.B. avec agences

— 

La France est "favorable" à la proposition américaine et britannique d'autoriser les Etats à puiser dans les réserves stratégiques de pétrole pour lutter contre la hausse des cours du brut, a déclaré mercredi le ministre de l'Energie Eric Besson.
La France est "favorable" à la proposition américaine et britannique d'autoriser les Etats à puiser dans les réserves stratégiques de pétrole pour lutter contre la hausse des cours du brut, a déclaré mercredi le ministre de l'Energie Eric Besson. — Lionel Bonaventure afp.com

Opération séduction. A un mois de l'élection présidentielle, alors que les automobilistes sont confrontés à une flambée du prix des carburants, le gouvernement  se dit «favorable à puiser dans ses réserves stratégiques de pétrole» afin de lutter contre la hausse des cours du brut, comme les Etats-Unis l'ont demandé, a déclaré mercredi le ministre de l'Energie, Eric Besson, à la sortie du Conseil des ministres.

Menace pour le pouvoir d'achat

Le litre d'essence s'est ainsi approché de 2 euros dans certaines stations parisiennes les plus chères courant mars, selon le comparateur de prix du ministère de l'Economie (http://www.prix-carburants.economie.gouv.fr  .Cette hausse pénalise la consommation des ménages, alors que le pouvoir d'achat a stagné fin 2011, et menace l'emploi, au moment où le nombre de chômeurs est à son plus haut niveau depuis fin 1999. Agir pour faire baisser les prix est pour Nicolas Sarkozy une façon de répondre aux promesses de gel temporaire des prix et de rétablissement de la «TIPP flottante» du candidat socialiste François Hollande, favori des sondages.

Des réserves de 17,5 millions de tonnes

Théoriquement, les stocks stratégiques de pétrole doivent être utilisés seulement en cas de crise internationale. Le 22 mars, Eric Besson avait déjà indiqué que Paris «étudiait» avec ses partenaires «toutes les options possibles pour lutter contre la hausse du prix du pétrole», «la libération d'une partie des stocks stratégiques des pays industrialisés» apparaissant comme «l'une de ces options». La France disposait début octobre de 17 millions de tonnes de pétrole brut et de produits pétroliers dans ses stocks stratégiques, représentant 98,5 jours de consommation, soit plus que ses obligations internationales (90 jours).

La question de l'utilisation des stocks stratégiques est posée avec acuité aux Etats-Unis, également en campagne présidentielle, même si la décision de l'Arabie saoudite d'intervenir pour palier toute perturbation de la production qui serait provoquée par les tensions avec l'Iran a rassuré. Il revient traditionnellement à l'Agence internationale de l'Energie (AIE), basée à Paris, de coordonner les libérations de réserves stratégiques de pétrole. Mais l'AIE a jusqu'à présent refusé de coordonner une libération globale de stocks parmi ses 28 pays membres. «Ce sont les Etats-Unis qui ont demandé et la France a accueilli favorablement cette hypothèse», a dit Eric Besson. «On attend les conclusions de l'Agence internationale de l'énergie.»  Le pétrole a atteint des cours élevés, alors que la situation sur le front de l'offre au Moyen-Orient, et particulièrement en Iran, inquiète toujours les marchés.