Nissan ressuscite Datsun

AUTOMOBILE Le constructeur automobile nippon nourrit de grandes ambitions sur les marchés émergents...

avec AFP

— 

Le constructeur automobile japonais Nissan, allié au français Renault, va ressusciter sa marque Datsun, abandonnée dans les années 1980, afin de faire de ces voitures au prix abordable son fer de lance dans les marchés émergents, en particulier l'Indonésie.
Le constructeur automobile japonais Nissan, allié au français Renault, va ressusciter sa marque Datsun, abandonnée dans les années 1980, afin de faire de ces voitures au prix abordable son fer de lance dans les marchés émergents, en particulier l'Indonésie. — Stan Honda afp.com

Le constructeur automobile japonais Nissan, allié au français Renault, va ressusciter sa marque Datsun, abandonnée dans les années 1980, afin de faire de ces voitures au prix abordable son fer de lance dans les marchés émergents, en particulier l'Indonésie.

Datsun: Des voitures fiables et abordables

«Datsun fait partie de notre histoire. Le nom était synonyme de voitures abordables et fiables. Nous voulons y ajouter de la modernité, avec un nouveau niveau de qualité, comme les économies de carburants», a déclaré le PDG de Nissan, Carlos Ghosn, lors d'une conférence de presse à Jakarta.

Datsun, dont les véhicules seront sur le marché d'ici à 2014, deviendra la troisième marque de Nissan, aux côtés de la griffe éponyme et d'Infiniti. Datsun avait été développé par Nissan dans les années 1930, rencontrant un certain succès, en particulier aux Etats-Unis, parmi le segment des voitures bon marché. La marque a été progressivement abandonnée à partir de 1981, afin de donner plus de visibilité à la griffe «Nissan».

Ressusciter la marque a pour but de renforcer la présence de Nissan dans les pays émergents. Datsun sera ainsi vendu dans un premier temps en Inde, en Russie et en Indonésie, d'où le choix de ce dernier pays pour annoncer le lancement de la marque, a précisé Ghosn.

Jouer un rôle de premier plan en Indonésie

«L'Indonésie est le marché automobile le plus dynamique de l'Asean», association regroupant l'Asie du Sud-Est, a-t-il rappelé. Première économie de la région, et quatrième pays le plus peuplé au monde avec 240 millions d'habitants, l'immense archipel connaît une croissance supérieure à 6% l'an. Près de 900.000 voitures s'y sont vendues l'an passé, un bond de 16% par rapport à 2010.

«Nissan va jouer un rôle de premier plan» en Indonésie, a assuré Ghosn, confirmant le quadruplement de son investissement dans l'usine indonésienne du constructeur japonais. Nissan va y investir 400 millions de dollars (304 millions d'euros), au lieu des 100 millions de dollars initialement prévus, faisant plus que doubler sa capacité de production: elle passera de 100.000 à 250.000 véhicules par an d'ici à 2014, ce qui le placerait devant son grand rival Toyota.

Ce dernier a annoncé récemment la construction d'une deuxième usine, soit un investissement de 340 millions de dollars, afin de faire passer sa production de 110.000 à 180.000 véhicules par ans, d'ici à 2013. Les ventes de Nissan ont déjà bondi de moitié cette année. «Nous allons devenir l'un des constructeurs automobiles les plus importants en Indonésie», a promis Ghosn.

Encore loin des autres constructeurs japonais

Le PDG a expliqué que l'accroissement de capacité dans l'usine indonésienne, située non loin de Jakarta, n'avait pas pour but de revendre à l'export. «Notre priorité, c'est le marché intérieur, même si l'Indonésie est très compétitive au niveau des coûts, plus que la Thaïlande ou la Chine», a-t-il souligné. «Mais nous pourrions avoir une capacité disponible pour l'export», a-t-il cependant nuancé.

Le patron n'a pas voulu se prononcer sur ses prévisions de part de marché pour Nissan en Indonésie, qui plafonnent actuellement à moins de 7%. Les constructeurs japonais détiennent 90% du marché automobile indonésien, Toyota vendant à lui seul 35% des voitures immatriculées dans l'archipel.