Thales: Longuet doit décider d'un contrat d'1 milliard d'euros alors que Bercy freine

© 2012 AFP

— 

Le ministre de la Défense Gérard Longuet doit décider ce mardi d'accorder ou non un contrat d'un milliard d'euros au groupe de défense Thales portant sur la modernisation des radios de l'armée française, Bercy y étant opposé
Le ministre de la Défense Gérard Longuet doit décider ce mardi d'accorder ou non un contrat d'un milliard d'euros au groupe de défense Thales portant sur la modernisation des radios de l'armée française, Bercy y étant opposé — Frank Perry afp.com

Le ministre de la Défense Gérard Longuet doit décider ce mardi d'accorder ou non un contrat d'un milliard d'euros au groupe de défense Thales portant sur la modernisation des radios de l'armée française, Bercy y étant opposé, rapportent Les Echos.

Remplacement de 33.000 postes radio

Ce contrat, qui pourrait être accordé au terme d'un comité ministériel d'investissement cet après-midi, correspond à la première tranche d'un projet de 4 milliards d'euros visant à renouveler les 33.000 postes radio de type PR4G actuellement utilisés par les militaires.

Le projet de nouveau poste, qui devrait être opérationnel aux alentours de 2020, est baptisé "Contact" (Communications numérisées tactiques et de théâtre).

Dépense déraisonnable pour Bercy

Négociée avec la Direction générale de l'Armement (DGA), budgétée dans la loi de finances, cette commande fait néanmoins face à l'hostilité du ministère des Finances, qui ne jugerait pas raisonnable selon Les Echos d'engager autant d'argent à un mois de la présidentielle dans un projet non urgent selon Bercy.

Sur le contrat d'1 milliard, quelque 250 millions concernent des frais de développement (dont Thales est prêt à financer une partie selon Les Echos) et environ 700 millions concernent la commande des premiers milliers d'exemplaires.

Si Gérard Longuet donne le feu vert -- il peut également repousser la décision ou refuser de notifier le contrat --, le reste des 4 milliards reviendra forcément à Thales, expliquent Les Echos, citant une source proche du dossier.

Matignon devrait trancher en cas de désaccord entre les deux ministères, affirme le journal.