Des immeubles intelligents pour réduire les charges des entreprises

IMMOBILIER Face à la crise, la conception et l'aménagement des immeubles de bureaux se font de plus en plus innovants pour réduire les coûts des entreprises...

Claire Planchard

— 

Une maquette du centre d’affaires de la Défense présentée au MIPIM de Cannes, le 6 mars 2012.
Une maquette du centre d’affaires de la Défense présentée au MIPIM de Cannes, le 6 mars 2012. — Valéry Hache/AFP

Rien de tel qu’une crise… pour prendre le temps d’innover! Alors que les ventes d’immeubles de bureaux connaissent une phase de glaciation, les professionnels du secteur planchent sur les moyens de réduire les charges locatives de leurs occupants.

Des investisseurs convertis à l’économie

Une tendance de fond qui n’a pas échappé aux organisateurs du salon international des professionnels de l’immobilier (MIPIM) qui a  fermé ses portes vendredi à Cannes (Alpes-Maritimes). La manifestation proposait pour la première fois cette année un espace entièrement dédié à l’innovation. «Aujourd’hui les professionnels se disent que l’innovation technologique peut leur permettre de réduire leurs coûts et sont à l’affut de tous les types de nouveautés qui peuvent être mises en œuvre», explique Jean-Marc André, chef de projet du pavillon innovation au sein du MIPIM 2012.

«Ce qui est nouveau c’est que des investisseurs avec des logiques très financières ont pris conscience que la technologie embarquée permettait de construire des bâtiments moins énergivores et donc de les louer plus facilement  à des entreprises à l’heure où le montant des charges est devenu un critère de choix»,  confirme Ingrid Nappi-Choulet, professeur titulaire de la chaire «Immobilier et développement durable» à l’Essec et partenaire académique du MIPIM.

Optimiser les technologies embarquées

Résultat, «on assiste aujourd’hui à une course à l'immeuble le plus performant énergétiquement» explique-t-elle. Eau, électricité, gaz: toutes les énergies sont traquées tout comme la gestion du réseau internet, «nouvelle matière première dont tout le monde à besoin dans l’entreprise», note la spécialiste.

Les LED viennent ainsi remplacer les systèmes d’éclairage classiques. Et de nouveaux services apparaissent pour optimiser la gestion informatisée des équipements d’aération, des ascenseurs  ou encore de l’éclairage: «Des solutions informatiques sont développées pour aider les entreprises à gérer des systèmes technologiques hypercomplexes conçus ces dernières années mais dont personne ne sait se servir», confie Jean-Marc André.

Bientôt des immeubles connectés entre eux?

La gestion de l’espace («space planning») s’affirme aussi comme un levier d’économie: «Comme le mètre carré coûte très cher, de nouvelles technologies servent à optimiser l’allocation des espaces utilisés», explique Ingrid Nappi-Choulet. Avec un objectif  double: «que les salariés soient plus productifs et restent dans l’entreprise».

Crise économique et écologique pourraient encore accélérer cette mutation: «C’est bien d’avoir des immeubles intelligents mais ce n’est pas vraiment nouveau. Maintenant, il faut que les immeubles communiquent entre eux», explique Ingrid Nappi-Choulet. L’experte rêve déjà à une «ville intelligente» où la mise en réseau des bâtiments permettrait de «mutualiser les panneaux photovoltaïques ou des parkings entre des immeubles de logement qui vivent la nuit et immeubles de bureaux qui vivent le jour».