Espagne: manifestation contre la réforme du travail

© 2012 AFP

— 

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche dans les rues de Madrid à l'appel des syndicats, contre la réforme du travail mise en place par le gouvernement de droite pour lutter contre le chômage, test de la mobilisation avant une grève générale prévue le 29 mars.
Des milliers de personnes ont manifesté dimanche dans les rues de Madrid à l'appel des syndicats, contre la réforme du travail mise en place par le gouvernement de droite pour lutter contre le chômage, test de la mobilisation avant une grève générale prévue le 29 mars. — Dani Pozo afp.com

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche dans les rues de Madrid à l'appel des syndicats, contre la réforme du travail mise en place par le gouvernement de droite pour lutter contre le chômage, test de la mobilisation avant une grève générale prévue le 29 mars

Les deux grands syndicats espagnols, UGT et CCOO, ont convoqué des manifestations ce dimanche dans 60 villes d'Espagne, pour dénoncer une réforme qu'ils jugent "injuste et inefficace" et pour "la défense des services publics".

Portant des drapeaux rouges et des pancartes avec les mots "non aux coupes budgétaires", "non à la régression sociale", criant "nous ne paierons pas leur dette avec la santé et l'éducation", des milliers de manifestants ont envahi le centre de Madrid.

"Je suis venu parce que je suis convaincu que le néo-libéralisme nous conduit au désastre", expliquait l'un d'eux, Antonio Martinez, professeur retraité de 64 ans, qui portait une pancarte avec les mots "pour que nos petits-enfants ne soient pas des esclaves".

Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a adopté le 11 février une nouvelle réforme pour flexibiliser le marché du travail, incluant la baisse des indemnités de licenciement et des mesures pour stimuler l'emploi des jeunes.

L'objectif est de relancer la création d'emplois, dans un pays au taux de chômage record (22,85%), particulièrement dramatique chez les moins de 25 ans (48,6%).

Les syndicats, qui ont appelé à une grève générale le 29 mars, estiment eux que la mesure va surtout faciliter les licenciements.

Outre cette réforme, ils dénoncent plus généralement la politique de rigueur mise en place par le gouvernement pour ramener comme promis le déficit public de l'Espagne de 8,51% du PIB fin 2011 à 5,8% fin 2012.