«La vraie preuve de parité reste la présence d'une femme à un poste de commandement»

INTERVIEW A l'occasion de la Journée de la femme ce jeudi 8 mars, Dominique Reiniche, présidente Europe de la Coca Cola Company, analyse la place réservée aux femmes en entreprise...

Propos recueillis par Bertrand de Volontat

— 

Dominique Reiniche, présidente de The Coca Cola Compagny Europe
Dominique Reiniche, présidente de The Coca Cola Compagny Europe — Coca Cola Europe (DR)

Elle est la femme d'affaires la plus puissante de France et la 15ème plus influente au monde, selon le classement 2011 du magazine Fortune. Dominique Reiniche, présidente Europe de la Coca Cola Company, revient pour 20 Minutes sur l'importance que revêt pour elle la journée de la femme et donne son opinion sur le rôle des femmes dans le monde de l'entreprise et la vie quotidienne.

Que doit défendre la Journée de la femme en 2012?

Je considère la Journée de la femme comme une opportunité de faire le point, une étape qui oblige à avancer. Les trois quarts des femmes de 18 à 34 ans trouvent que la parité en France est sur une pente positive car l’évolution générale des mœurs l’est également, notamment en termes d’accès à l’éducation supérieure. Dans mon cas personnel, à trois ans près, je n’aurais pas pu étudier à l’Essec [l'une des plus grandes écoles de commerce françaises, ndlr] car l’école était réservée aux hommes. Mais la parité ne se borne pas au seul champ professionnel. D’une part, le partage des tâches quotidiennes reste encore un chantier à construire, et d’autre part, et il s’agit là d’un point crucial, l’égalité salariale à temps de travail égal est nettement insuffisante. Les entreprises doivent s’engager sur l’égalité des salaires avec des objectifs clairs et une mesure régulière des progrès.

Quelles sont, dès lors, les mesures à prendre?

Il y a un problème de vitesse de progression des carrières. Il y a certes une forte proportion de femmes au démarrage mais elles disparaissent au fur et à mesure. Je suis pour une vision du travail plus flexible afin de s’adapter à leurs choix de vie, parmi lesquels la famille prend une place importante. Nous proposons de les parrainer en interne ou de créer des réseaux de femmes en lien avec d’autres entreprises. En ce qui concerne les recrutements ou les promotions, au moins une candidature féminine devrait être proposée à chaque fois. Ce sont là des marqueurs concrets pour accélérer le changement des habitudes. Si dans dix ans nous en sommes encore là, nous pourrons considérer que ces méthodes relèvent de l’artifice. Coca Cola est à ce titre en avance car la vraie preuve de parité reste la présence de femmes à des postes au comité de direction et notamment celui de président.

Doit-on imposer aux entreprises des obligations et des objectifs précis en termes de recrutement de femmes à des postes-clés?

Aucune entreprise sérieuse ne peut se permettre de placer une personne à un poste, quel qu’il soit, pour faire plaisir ou pour satisfaire à une obligation. Il s’agit juste d’accélérer le mouvement et de ne jamais considérer une avancée comme acquise. Il ne faut pas tomber dans l’artificiel mais travailler sur ces questions de parité au jour le jour. Je ne veux pas envoyer le message qu’une entreprise ne recrute que des femmes. La diversité hommes-femmes et le mélange des cultures sont indispensables. J’ai moi-même été soutenue par des hommes et ces derniers évoluent également vite sur ces questions de parité.

Votre place et l’existence même du classement de Fortune sont-ils le symbole d’une avancée certaine pour les femmes et pour la France?

Nous ne pouvons faire une révolution des mœurs en un jour. Les femmes voient de plus en plus d’exemples de réussite et cela doit leur donner confiance. Ma position actuelle en est le symbole et doit être l’opportunité d’apporter un point de vue différent pour aborder les sujets. Toutefois, les femmes ne doivent pas agir uniquement en opposition et doivent privilégier des alliances avec les hommes. Ce classement aide à faire avancer la machine car tout ce qui est concret est une progression. Le nec plus ultra serait désormais un classement mixte afin de mesurer les véritables évolutions. Enfin, ayant la possibilité de voyager, je constate que la France est bien placée sur le terrain de la parité. Les crèches, écoles maternelles, nounous à domiciles et l’accueil des employeurs sont de vraies qualités à la française.

Si un homme venait à vous succéder, seriez-vous déçue?

Si c’est un homme qui mérite de me succéder, j’en serai très heureuse. Je lui demanderai simplement de poursuivre ma mission auprès des femmes afin que la bonne dynamique sur laquelle nous nous trouvons actuellement ne soit pas cassée.