Lufthansa passe dans le rouge en 2011 à cause de British Midlands

avec AFP

— 

La première compagnie aérienne européenne, l'allemande Lufthansa, a vu ses résultats virer au rouge l'an dernier avec une perte nette de 13 millions d'euros, selon un chiffre préliminaire publié mercredi qui renvoie surtout aux pertes de sa filiale British Midlands.
La première compagnie aérienne européenne, l'allemande Lufthansa, a vu ses résultats virer au rouge l'an dernier avec une perte nette de 13 millions d'euros, selon un chiffre préliminaire publié mercredi qui renvoie surtout aux pertes de sa filiale British Midlands. — Fredrik Von Erichsen afp.com

La première compagnie aérienne européenne, l'allemande Lufthansa, a vu ses résultats virer au rouge l'an dernier avec une perte nette de 13 millions d'euros, selon un chiffre préliminaire publié mercredi qui renvoie aux pertes de sa filiale britannique British Midlands. En 2010, Lufthansa affichait un bénéfice net de 1,1 milliard d'euros. British Midlands (BMI) a été cédée fin décembre à IAG, groupe qui chapeaute British Airways et Iberia, permettant à Lufthansa de se débarrasser de ce gros foyer de pertes.

Faire une exception à la politique de dividendes

Le groupe, propriétaire également de Swiss ou encore d'Austrian Airlines, a dégagé un chiffre d'affaires de 28,7 milliards d'euros, selon un bref communiqué boursier, et un bénéfice d'exploitation de 820 millions d'euros, en retrait par rapport à celui de l'année précédente (1 milliard d'euros).

Lufthansa avait dès le mois d'août indiqué qu'il renonçait à égaler le bénéfice d'exploitation de 2011 alors que l'assombrissement de la conjoncture mondiale avait commencé à peser sur le trafic passagers. Le groupe a d'ailleurs réduit ses capacités pour la saison d'hiver 2011/2012.

Le directoire propose de faire «une exception à sa politique de dividendes» en rémunérant les actionnaires malgré la perte annuelle. Il entend verser un dividende de 0,25 euro par titre «pour faire participer les actionnaires à la solide performance pendant l'année» dans la limite des capacités financières.